Liège veut lancer sa propre compagnie aérienne

Dans la Cité Ardente — et au-delà — on voue un véritable culte à l’argent public. Même pas échaudé par le prêt de 4 M€ consenti, probablement en pure perte, à Air Belgium par la Sogepa, un fonds public d’investissement liégeois, voici que celui-ci récidive avec un projet de compagnie aérienne purement liégeoise.

Évidemment basée à Bierset, celle-ci viserait le marché… chinois ! Non pas Hong Kong, ni Pékin, mais bien Shanghai, considérée comme la capitale économique de la Chine. Mais pas question de vols « full passengers » : l’avion sera, en fait, un cargo mixte. On connaît le savoir-faire de l’aéroport de Liège en matière de cargos. Ici, l’appareil sera configuré en réservant un partie de la cabine au transport de passagers.

Une idée ancienne

L’idée n’est pas neuve : Cargolux avait déjà eu celle de réserver l’étage de ses 747 cargo à un salon VIP proposé, le plus souvent gracieusement, aux hommes d’affaires et politiques luxembourgeois sur certaines destinations régulièrement assurées au départ de Fendel. La cabine avait même son hôtesse attitrée.

Au niveau du service et des prix, le projet liégeois s’inspire, en revanche, des compagnies « full business class » telles que L’Avion, imaginée par Marc Rochet, ancien dirigeant d’Air Liberté, et revendue en 2008 à British Airways qui l’a rebaptisée Open Skies. Ou de La Compagnie, qui propose un aller-retour Paris-New York à 1.200 €.

Elle ne proposera qu’un nombre limité de sièges — une vingtaine, au maximum — de grand confort et transformables en véritables lits (photo). Un catering de haut niveau sera également proposé à bord, de même qu’un bar comportant différentes marques de whisky et de cognac.

Quant au prix, il devrait avoisiner les 1.000 €, soit bien moins qu’un voyage en First, ou trois fois le prix le plus bas disponible en classe économique pour Shanghai avec Air China, mais avec escale à Francfort.

Les hommes d’affaires ciblés

Liège Airport espère ainsi réactiver son trafic « passagers », qui a souffert de l’arrêt de la liaison assurée par une compagnie… chinoise, justement. Grâce aussi à une campagne marketing visant les hommes d’affaires français et allemands, notamment, qui pourront profiter, dès le mois se septembre, d’une navette gratuite entre la gare des Guillemins et l’aéroport, déjà baptisée « Shanghai Express ».

Le montage financier a supposé la création de la Société Wallonne pour l’Aviation et la Finance, au capital de 100 M€ intégralement souscrit par la Sogepa, mais qui pourrait s’ouvrir ultérieurement à des capitaux privés.. Quant au nom de la nouvelle compagnie aérienne, il n’a pas encore été arrêté.

Liège Airport lancera d’ailleurs un concours ouvert à tous afin d’en trouver un. Un jury, auquel participera un journaliste de PagTour, devrait être composé cette semaine encore. Le ou la gagnant(e) aura le privilège de voyager en sa compagnie lors du vol inaugural prévu en juin.

Avec un 737 MAX !

Enfin, pour ce qui est du type d’appareil, le choix s’est porté sur un 737-800 MAX, qui sera prélevé avec soulagement par Boeing sur son stock de quelque 190 avions de ce modèle dont les commandes ont été annulées, un modèle que Boeing ne fabriquera plus (voir l’article de Serge Fabre). La société liégeoise l’aurait obtenu à un prix « très largement inférieur » au prix catalogue, de l’ordre de 100 M€. Le « deal » n’est pas sans rappeler l’achat, en 1971, du tout premier Airbus pour la compagnie Trans European Airways (TEA) par Georges Gutelman, un autre Liégeois…

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY