Libéréééééééééée, délivrééééééééée…

Image de Julius Silver de Pixabay

Le petit village autrichien de Hallstatt, qui a inspiré le décor du royaume de La Reine des neiges, le dessin animé de Disney Pixar, est victime d’une déferlante touristique depuis qu’il a été scénarisé sur les réseaux sociaux. Désormais, le maire et ses administrés freinent des 4 fers pour lutter contre cette popularité devenue incontrôlable et nuisible.

795 habitants, et plus d’un million de touristes par an. C’est un nuage de sauterelles qui s’abat annuellement sur le petit village autrichien d’Hallstatt, devenu la coqueluche des Instagrameurs. En 2006, une émission sud-coréenne le mettait à l’honneur et le monde entier découvrait un paysage féerique avec son bourg, son grand clocher et ses maisons couleurs pastels, le tout dans un formidable écrin formé par le lac et les montagnes.

Le phénomène a encore été amplifié depuis 2013 avec la sortie du film d’animation star de Disney Pixar, La Reine des neiges ; la rumeur disant qu’Hallstatt aurait inspiré le royaume d’Arendelle, où se déroule l’intrigue… Une rumeur devenue depuis une tu(e)meur !

Fin de la tranquillité

Résultat de recherche d'images pour "reine des neiges"En dix ans, le petit village est passé de 100 visiteurs quotidiens à des pics atteignant les 10.000, principalement asiatiques.

La folie Instagram n’y est pas étrangère : là-bas, Hallstatt y est surnommé « le village le plus instagrammable du monde ». Nombreux sont donc ceux à s’attrouper autour des meilleurs points de vue pour réaliser le parfait cliché.

Mais ces touristes par centaines faisant des selfies à la chaîne ou en utilisant des drones pour des tournages amateurs n’est pas sans conséquences. Les habitants n’en peuvent plus. Les prix ont grimpé en flèche dans tous les secteurs, commerces, services, immobilier mais surtout… ils ont dû renoncer à leur tranquillité !

Le quotidien britannique The Daily Mail raconte qu’il arrive régulièrement que des touristes entrent dans les maisons de particuliers pour utiliser leurs toilettes… « Ma mère s’est réveillée un jour avec des touristes chinois qui venaient d’entrer dans sa chambre », a ainsi raconté un cafetier local.

Une réplique en Chine

Pour faire face à cette situation devenue incontrôlable, le maire, Alexander Scheutz, a tenté d’agir. Des routes ont été fermées, les drones interdits et le stationnement des cars limité.

« Hallstatt est une composante importante de notre histoire culturelle, pas un musée. Nous voulons réduire le nombre de touristes au moins d’un tiers, mais nous n’avons aucun moyen de les arrêter », a-t-il déclaré au quotidien britannique The Times.

À défaut, les voyageurs en quête de paysages pittoresques pourront toujours se rabattre sur l’autre Hallstatt, à Huizhou. Située dans la province du Guangdong en Chine, cette réplique a été construite par un magnat de l’immobilier tombé sous le charme du village autrichien.

(Avec Ouest France)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY