Afin d’éviter de nouvelles manifestations, le régime militaire a sûrement fermé les yeux pour le départ de l’ex premier ministre, Yingluck Shinawatra. Elle devait passer devant un tribunal dont le verdict était connu à l’avance. La population restera tranquille et nos touristes pourront profiter des nombreux plaisirs de la Thaïlande.

Un procès politique de la junte militaire

La junte militaire au pouvoir en Thaïlande voulait éliminer l’influence de la famille Shinawatra. Celle-ci bénéficie d’une grande influence auprès de la population. Le frère, Thaksin Shinawatra, a été un premier ministre populaire mais a dû fuir la Thaïlande pour des soupçons de corruptions.

Prayuth Chan-ochaLa sœur avait également été élue premier ministre. Mais elle a été renversée par le pouvoir militaire et était également accusée de négligence impliquant une politique d’achat de riz auprès des paysans proches des Shinawatra.

Le procès risquait de provoquer des manifestations

La plupart des analystes spéculaient ces derniers jours sur le fait que la justice, « non indépendante » en Thaïlande, ne prendrait pas le risque d’une peine de prison ferme, qui donnerait à Mme Shinawatra le statut de victime. Elle aurait pu faire face à 10 ans de prison, mais une sentence envers l’ex premier ministre pouvait raviver les tensions dans la population, sans parler de possibles critiques de pays occidentaux.

Un départ sans problème !

Elle ne peut légalement pas quitter le territoire depuis le 19 mai 2015. Cependant, elle serait passée sans problème au Cambodge d’où elle aurait pris un avion pour Singapour. Les spécialistes indiquent qu’elle devrait rejoindre dans un premier temps son frère qui est réfugié à Dubaï depuis plusieurs années. Les services d’immigration thaïlandais ne disposeraient d’aucune trace du passage de l’ancien premier ministre aux frontières …

De possibles élections en 2018 …

L’armée a pris le pouvoir en 2014 après des mois de troubles en affirmant avoir besoin de rétablir l’ordre et de débarrasser la politique thaïlandaise de corruption et de népotisme.

Des pressions se font de plus en plus fortes à l’étranger pour un rétablissement de la démocratie. Une élection devait intervenir en 2015 mais repoussée à plusieurs reprises. Le départ de l’ex premier ministre pourrait rendre possible des élections en 2018.

Les militaires devraient pouvoir rester au pouvoir

Le chef des armées et premier ministre, Chan-O Prayut-Cha, pourrait conserver le pouvoir. Une nouvelle charte prévoit de réserver à la Chambre haute, six sièges réservés pour les militaires – et un système de vote proportionnel susceptibles de réduire l’influence des grands partis. Par ailleurs, il semble possible que le premier ministre actuel créé un nouveau parti politique.

Roi Maha VajiralongkornLe nouveau roi pourrait créer une surprise

Le nouveau roi, Maha Vajiralongkorn, a pour le moment le soutien de la junte. Les militaires reconnaissent l’importance d’être aux cotés nouveau roi même si plus de puissance pour la monarchie signifie moins pour l’armée.

Les dernières décisions démontrent qu’il a une approche différente de son père qui risque de bouleverser la donne. Il faudra attendre pour savoir si cette nouvelle attitude royale pourra accélérer le retour à la démocratie.

Cette année le tourisme et les investissements sont en hausse …mais

L’économie thaïlandaise a progressé depuis le début de l’année 2017 de façon rapide. On assiste à un raffermissement des exportations et une augmentation du tourisme. Le gouvernement a relevé ses prévisions pour la croissance économique et les exportations pour cette année. Cependant, un risque existe devant le ralentissement économique en Chine et de la montée de la monnaie thaïlandaise.

La Thaïlande réserve toujours de nombreuses surprises …

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY