Lettre ouverte aux dirigeants du transport aérien français

Mesdames, Messieurs,
Comme vous vous plaisez souvent à le rappeler, nos entreprises sont notre bien commun. Dès lors, nous serions en droit d’espérer que salariés et dirigeants unis s’élèvent contre les attaques sur ce bien commun, qu’il s’agisse de problématiques économiques ou de tentatives de détruire le contrat social que nous avons construit ensemble depuis des décennies.

Si vous savez vous faire entendre pour dénoncer l’abandon par le gouvernement du transport aérien français, vous êtes totalement silencieux quand il s’agit de dénoncer la politique sociale catastrophique qui découle de son dogmatisme politique.

J’en veux pour preuve ces deux sujets qui provoqueront sans aucun doute une crise sociale majeure très prochainement sans une inflexion radicale de la politique gouvernementale : la réforme des retraites et la volonté de noyer les pilotes dans une grande convention collective de l’aérien.

Sur le sujet de la réforme des retraites, nous avons bâti et géré ensemble depuis 70 ans un système efficace, qui ne dépend d’aucun subside extérieur et qui a donné satisfaction à des générations de navigants. A l’heure où le gouvernement projette de rayer d’un trait de plume cette institution, nous sommes abasourdis par votre silence sur ce sujet.

De la même façon, quand allez-vous enfin signifier au gouvernement que sa volonté de création d’une grande convention de l’aérien n’est pas compatible avec les spécificités de notre métier de pilote ? Quand oserez-vous affirmer que les textes régissant ces spécificités doivent être négociés exclusivement par des pilotes ? C’est pourtant ce que vous nous affirmez en privé.

Le SNPL France ALPA sait s’impliquer lorsqu’il s’agit de vous soutenir dans la lutte contre les taxes qui tuent à petit feu le transport aérien français. Nous ne ménageons pas notre peine pour faire entendre notre voix à l’unisson de la vôtre, que ce soit dans la presse, via les réseaux sociaux ou directement auprès des politiques.A contrario, votre silence est assourdissant lorsqu’il s’agit de préserver le contrat social de vos salariés face aux attaques gouvernementales qu’ils subissent en permanence.

Nous ne quémandons rien, nous souhaitons simplement vous avertir que cette absence de soutien public sera un facteur contributif majeur à l’émergence d’une crise sociale grave qui impactera de façon certaine la santé de notre bien commun. Vous ne pourrez plus feindre l’ignorance et vous offenser d’être les victimes d’un conflit entre les salariés et le
gouvernement.

En persistant dans votre inaction, vous vous rendrez également responsables de ces troubles sociaux. Dans l’intérêt de nos entreprises, nous ne doutons pas que cette lettre retiendra toute votre attention.

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de mes sentiments les meilleurs.
Yves DESHAYES, Président du SNPL France ALPA

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY