Lesvos, la belle inconnue… délaissée

Nombreux sont ceux qui en cette période de l’année réservent leurs vacances d’été. Parmi les destinations proposées aux touristes, la stupéfiante île de Lesvos reste encore et toujours fortement déconseillée. Force est de constater que ceux qui tiennent ces propos n’y ont pas mis les pieds sans quoi ils sauraient que cette information n’est en rien justifiée.

Mais sur quoi se basent-ils donc ? Sur ce qui semble devenir un acharnement des médias à désinformer son public en publiant aujourd’hui encore des photos datant de 2015, en faisant les gros titres avec des événements isolés et très locaux ou en passant à côté du travail journalistique.

Certes, près d’un million de réfugiés ont débarqué sur les côtes de Lesvos en 2015. Mais on s’est bien gardé de vous relater à quel point la population locale s’est investie pour gérer au mieux ces arrivées massives de sorte que dès l’été 2015 ces dernières passaient totalement inaperçues à moins de se rendre délibérément sur les plages concernées.

On s’est bien gardé aussi de vous dire que ces « plages de débarquement » ne représentent que 15 des 370 km de côtes à couper le souffle que compte l’île. De plus, depuis l’accord entre la Turquie et l’Union européenne datant de mars 2016, l’arrivée de réfugiés est retombée à son niveau le plus bas.

lesbos-672x372-448x293Tout n’est pas rose… certes

Pas de couverture non plus sur le travail colossal entamé au printemps 2016 par la population locale – et fort heureusement chaudement soutenue de nombreux bénévoles venant du monde entier et même du Sea Shepherd – pour débarrasser les plages et les fonds marins de toute trace de naufrage.

L’hiver dernier encore les médias se sont délectés des photos des tentes d’été recouvertes de 15 cm de neige censées abriter et protéger les réfugiés au sein des camps. Cette situation était effectivement profondément choquante, d’autant plus que prenant place au sein même de l’Union européenne.

Mais plutôt que de s’attarder sur le côté pathos de la situation, combien de journalistes ont mené une enquête digne de ce nom pour comprendre où sont passés les millions que l’Union européenne clame avoir débloqués pour venir en aide aux réfugiés et comment il se fait qu’on n’en retrouve aucune trace sur le terrain ?

Certes la tension au sein des camps monte occasionnellement et il y a de quoi: à côté des conditions de vie parfaitement déplorables dans lesquelles vivent les quelques centaines de réfugiés bloqués sur l’île, la procédure censée déterminer leur sort – à savoir un retour en Turquie ou un accès à l’Europe – se prolonge interminablement. Mais là encore, il s’agit d’événements isolés et cantonnés au camp de réfugiés qui est de surcroît fortement éloigné de la zone touristique.

beachL’île de Lesvos est en réalité la troisième plus grande île grecque

Sa superficie est environ équivalente à deux fois celle du Brabant wallon. Le camp de réfugiés se trouvant au sud-est de l’île et la région la plus touristique étant au nord, les touristes n’ont dès lors aucun risque de croiser des réfugiés à supposer que la peur de rencontrer quelqu’un venant d’un autre pays que le leur est vraiment ce qui les retiendrait de choisir Lesvos comme destination de vacances !

Dès lors, dire d’éviter l’île de Lesvos parce des réfugiés s’y trouvent est tout aussi aberrant que de dire d’éviter la France parce qu’il y a des réfugiés à Calais !! Et que dire de la Belgique avec un centre d’asile qui n’a pas non plus toujours de quoi nous rendre fiers ? Alors associer l’entièreté de l’île de Lesvos aux réfugiés est pur mensonge dont le prix est lourd, très lourd pour la population locale : une chute de 80 % du tourisme pour l’été passé et aucune perspective d’amélioration pour l’été à venir…

Lesbos2-1050x805Pour une population qui était déjà fortement touchée par la crise depuis 2008 et qui s’est malgré cela donnée corps et âme pour venir en soutien aux milliers de réfugiés ayant débarqué sur leurs côtes au point d’être en lice pour le prix Nobel de la paix, voilà une bien piètre reconnaissance.

Le secteur du voyage quant à lui n’est pas là pour rattraper les médias : la majorité des agences de voyages va jusqu’à déconseiller Lesvos comme destination de vacances et la vaste majorité des charters ne dessert tout simplement plus l’île !

Qu’à cela ne tienne : cette situation a permis aux nombreux aficionados de Lesvos de se rendre compte que les lignes régulières sont parfois meilleur marché que les charters, qu’elles offrent plus de place pour les jambes en cabine et plus de poids pour les bagages, proposent un choix de repas bien meilleur, ont un staff extrêmement gentil et serviable et volent à des heures bien plus acceptables !

lesvospetrif01Si vous souhaitez donc découvrir un endroit paradisiaque loin de la foule touristique, si vous voulez une destination de vacances vous offrant une grande variété (plage, montagne, culture, sports, nature, coins pittoresques, beau temps garanti) et qui n’est qu’à quelques heures de vol, si vous voulez découvrir un Geopark de l’Unesco et la seconde plus grande forêt d’arbres pétrifiés au monde, si vous voulez visiter LA capitale de l’Ouzo, si vous cherchez à être en contact avec la population locale plutôt que de vous enfermer dans un de ces grands hôtels internationaux impersonnels, si vous voulez découvrir une des destinations les plus prisées par les ornithologues du monde entier, si vous aspirez à une alimentation locale, saine et savoureuse, et tout ceci en soutenant une population qui en a bien besoin et qui par ailleurs sera aux petits soins pour vous de par sa générosité et son hospitalité légendaire, n’hésitez plus et prévoyez vos prochaines vacances sur l’exceptionnelle île de Lesvos !

Séverine Matheï

NB : je ne travaille pas dans le secteur du tourisme et n’ai aucun avantage personnel à promouvoir l’île de Lesvos si ce n’est la satisfaction de voir que la Vie est juste en ne lâchant pas une population qui a tant fait pour son prochain. Si vous souhaitez la moindre info sur l’île, n’hésitez pas à me contacter à severine@alter-nativity.be.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY