Les vacances sont finies, les grèves aussi… Marre!

Prochain épisode, les vacances de Noël… Cela devient une tradition. Personne n’est coupable ET tout le monde est coupable.

Les Médias s’en sont donnés à cœur joie en donnant la parole à toutes les parties, mais sans faire avancer le schmilblick. En ce qui me concerne, c’est le consommateur, et lui seul, qui a été victime de ce chantage de grève sauvage.

Une grève sauvage est en soit illégal, car la procédure exige un préavis légal. Et alors quoi ? Les grévistes sont-ils au-dessus des lois ? Et nos autorités, après élections, où étaient-elles ? Invisibles partout.

Il y avait pourtant prise d’otages par dizaines de milliers, à l’aéroport de Bruxelles National. Des contribuables lésés, qui indirectement paient les salaires de ces mêmes Autorités. Et alors quoi, on oublie tout et on recommence ? Il ne suffit pas de faire de la Politique électorale, il faut surtout du Courage Politique, au risque de perdre son fauteuil.

Hélas, le mot Courage a disparu du vocabulaire de nos élus. Ils pensent déjà aux Législatives de 2019. « Réquisitionner » une main d’œuvre dans l’urgence pour aider ces milliers de passagers « réfugiés » était ce tellement difficile politiquement ? Probablement, car les résultats des élections étaient encore trop frais dans les mémoires. Une telle décision aurait pu profiter au PTB…l’année prochaine.

En tout cas les passagers abandonnés ne l’oublieront pas le moment venu. Pauvre Belgique dont l’image a, à nouveau, été écornée. Pauvre Aéroport National qui se relevait à peine de ses malheurs passés, et qui a dû subir à nouveau l’inacceptable.

Un lecteur

++++

NDLR : PagTour tente dans la mesure du possible de ne pas émettre d’avis politiques. Contacté, notre lecteur a reconnu qu’il y avait certainement des motifs valables dans le chef des grévistes, mais ce qu’il ne peut admettre (et nous lui donnons raison), c’est que la grève était sauvage, c’est-à-dire sans préavis, et comme chaque fois à la veille de vacances.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY