Les vacances les plus éco-responsables ? Les croisières !

Lors d’une conférence de presse en petit comité, Patrick Pourbaix (MSC et président de CLIA Belgique) a fait le tour de la question : les croisières sont les vacances les moins polluantes ! Il vous reste à convaincre vos clients… Voici quelques arguments étonnants !

Cher Agent de voyage,

Ne vous laissez-pas impressionner par les « fake news » ni par les lobbies dont on ne sait s’ils sont vraiment malhonnêtes ou totalement incompétents. Vous avez à vous défendre, et à expliquer à un client qui vous dirait « La croisière, c’est contre mon éthique personnelle ! » à quel point il a tort. Comme pour l’avion, le bateau de croisière fait l’objet d’attaques « de classe », comme si ces deux moyens de transports étaient réservés aux riches. Demandez à Ryanair ce qu’ils en pensent… Et les grands navires de 5000 ou 6000 passagers ont fait fortement baisser les prix : une semaine à partir de 400 €, qui fait mieux ?

Il y a environ 300 bateaux de croisière dans le monde

Est-ce beaucoup ? De plus en plus, ils tendent vers le zéro déchets, zéro émissions… Comparez avec les 55.000 bateaux cargos, qui vous apportent la quasi-totalité des biens que vous consommez tous les jours, et contre lesquels personne n’élève la voix…

Résultat de recherche d'images pour "pollutions bateaux"Comparez avec les 7.500 yachts de plus de 20 m, avec les millions de petites embarcations dans le monde, qui ne s’embarrassent nullement des préoccupations écologiques, qui rejettent tout à la mer… Mais le seul qui soit montré du doigt, c’est le beau et grand bateau de croisière, symbole de luxe alors qu’il est devenu vraiment populaire, et donc symbole d’une lutte de classes ! Amalgame total.

Parlons des moteurs

Nous avons tous lu cette « fake news » de propagande, disant qu’un moteur de gros bateau consomme l’équivalent de (chiffre variable selon la propension de l’auteur à mentir) 1 à 5 millions de voitures. Or le plus gros moteur de bateau au monde, bien plus gros que celui qui équipe les bateaux de croisières, a une puissance de 108.000 CV et consomme 24.000 litres de fuel à l’heure.

Résultat de recherche d'images pour "embouteillages voitures"C’est 1.000 fois plus que votre voiture, et pas 1 million de fois. Mais le but n’est pas de dire la vérité, le but relève uniquement de la propagande. Divisez ensuite ces 24.000 litres de fuel par le nombre de passagers, et vous verrez que vous polluez bien plus en une heure avec votre voiture ; laquelle, faut-il le préciser, ne roule pas pendant que vous êtes en croisière, ce qui a un effet bien positif.

Parlons émissions nocives

Elles sont de deux ordres : les dioxydes de soufre, et l’oxyde d’azote. Pour les premières, les fumées sont lavées en circuit fermé, et les particules sont ensuite séchées et remises à terre pour être traités. 98% de ces dioxydes sont de la sorte éliminés. Pour l’oxyde d’azote, les bateaux sont équipés du RCS, ou Réduction Catalytique Sélective, qui élimine 90% des émissions.

Résultat de recherche d'images pour "pollutions bateaux"Le fuel utilisé maintenant a une très faible teneur en soufre, de l’ordre de 1,5%. Et le GNL, qui arrive sur les plus récents navires, est la solution vers le zéro particules émises. A quai les bateaux vont de plus en plus s’alimenter par prise électrique , ce qui permettra de couper les moteurs.

Parlons de l’eau, c’est encore plus étonnant !

Il faut 3 millions de litres d’eau par jour pour un gros bateau de croisière. Eh bien, toute cette eau, y compris l’eau potable, est puisée en mer et désalinisée à bord !

Tourisme de masse ?

Autre problème souvent évoqué par les « influenceurs » malveillants : celui du tourisme de masse que représenterait en lui-même un bateau de croisière. Prenons l’exemple de Venise. La ville accueille 31 millions de touristes par an.

Résultat de recherche d'images pour "paquebots venise"Or il y a 30 millions de croisiéristes dans le monde entier, et seulement 1,1 million passent par Venise tout au long de l’année. D’ailleurs les autorités italiennes ont convenu, après une étude sérieuse, que la pollution est surtout causée par les centaines de vaporettos, qui eux rejettent tout dans la lagune.

Et les nuisances sonores, direz-vous ?

Barcelone s’en plaint. Mais un bateau de croisière libère ses excursionnistes à 9h du matin, et à 18h il est reparti ! On ne peut donc accuser les passagers de toutes les nuisances sonores nocturnes en ville ! Par contre, quand un petit appart’ est loué par AirBnB à 8 jeunes qui font la fête toute la nuit, les choses sont différentes !

Pour résumer

Il est évident qu’il s’agit d’une opposition « de principe » entre les secteurs marchands et non-marchands. Les premiers tirent un légitime profit des croisiéristes ; les seconds devraient se rendre compte que leurs salaires sont payés grâce aux contributions des premiers… Il faut bien que l’argent provienne de quelque part.

Voilà donc, cher agent de voyages, quelques arguments à donner à vos clients « croisiéro-sceptiques ». Ne vous laissez pas impressionner par les faux arguments, conservez votre fierté de faire visiter le monde à vos concitoyens, parce qu’on n’a pas encore trouvé de meilleur moyen pour que les peuples se comprennent et vivent en paix.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

  1. Intéressant article, qui a ses bons et mauvais côtés.

    C’est tout à fait correct de nommer l’hypocrisie de critiquer les navires de croisières, mais de ne pas critiquer les navires de frets qui sont effectivement bien plus nombreux. De mon côté, étant conscient de la pollution engendrée par les navires, je tente de ne rien acheter qui vient hors de l’U.E. Si pour tout ce qui est appareils électroniques c’est tout simplement impossible, pour plein d’autres choses c’est parfaitement possible, yc les vêtements.

    Par contre faire miroiter que le bateau est un moyen de transport écologique, là je ne suis pas d’accord. Les trains et les autocars font bien mieux… Car ils ne fonctionnent pas au fioul lourd. Et quand ils sont à l’arrêt, les moteurs ne tournent pas (ou très peu).
    Mais bon, vivement la propulsion au gaz, tant pour les bateaux de croisières que pour les cargos…

LEAVE A REPLY