Les taux d’intérêt négatifs jouent le rôle du parti… communiste

Les taux d’intérêt négatifs jouent le rôle du parti… communiste

© GettyImages

Cela n’arrive jamais dans la vie mais les riches sont aujourd’hui plus mal lotis que les simples citoyens ! Du moins, s’ils laissent leur argent dormir en banque…

J’ai l’habitude de vous expliquer que le monde ne tourne plus rond… La meilleure preuve, c’est qu’en France, une banque aussi célèbre que Rothschild envisage de taxer ses clients. Du moins ceux qui ont des liquidités importantes.

C’est dingue, car si sa direction passe le cap, Rothschild sera la deuxième banque française à le faire, après Lombard Odier, la filiale française de la banque privée suisse qui, elle, a déjà annoncé qu’elle allait taxer ses clients qui ont plus d’un million d’euros en liquidités sur leur compte. Cela c’est pour la France, mais dans d’autres pays, certaines banques ont déjà commencé à taxer les dépôts de leurs riches clients.

Si je vous en parle, c’est évidemment parce que cela va aussi arriver en Belgique, c’est juste une question de temps. En fait, l’argument est toujours le même : à cause des taux d’intérêt négatifs, ces banques n’ont pas d’autres choix.

En effet, quand les banques placent leurs propres liquidités auprès de la banque centrale, elles doivent payer une taxe de – 0,40% et demain ce sera – 0,50%. Dans le cas de la banque Rothschild, cette taxe lui coûte environ 10 millions d’euros par an ! En clair, les banques perdent de l’argent sur notre argent, du moins quand cet argent n’est pas placé et qu’il dort.

Ainsi, les banques concernées essaient de refiler cette taxe à leurs clients. Donc, oui, nous vivons dans un monde où les taux d’intérêt négatifs jouent le rôle du parti… communiste en quelque sorte. Un monde où les citoyens normaux sont aujourd’hui mieux traités que leurs compatriotes les plus riches.

Pour une fois, les épargnants simples et modestes sont mieux traités que les gros patrimoines et même que les banques ou les entreprises. Comme le faisait remarquer Marc Fiorentino, combien de fois dans notre vie est-ce arrivé ? Jamais !

Aujourd’hui, les placements sans risque portent un taux d’intérêt négatif, donc une entreprise, une banque ou des personnes très riches doivent payer un taux négatif (autrement dit une taxe) pour placer leur argent sans risque, alors que l’épargnant moyen reçoit encore un taux positif de 0,11%. Je sais, c’est riquiqui comme rendement, mais c’est encore un taux positif.

Attention, je ne dis pas que l’épargnant riche est à plaindre, je dis simplement qu’avec l’aberration des taux d’intérêt négatif, il est aujourd’hui techniquement plus mal loti qu’un simple épargnant s’il laisse dormir ses liquidités. Et pourtant, ce n’est pas un membre du parti communiste qui dirige la banque centrale européenne !

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY