Les salons du tourisme font recettes… mais qu’en est-il des exposants ?

N’y a-t-il pas trop de salons du tourisme aujourd’hui ? La question mérite d’être posée. Non ? Les exposants dépensent sans certitude d’un retour sur investissements. Les visiteurs sont parfois frustrés et désorientés. Et les vendeurs sont malheureusement souvent exclus de ces évènements. Revue de détail :

IFTM TopResa : le plus grand salon professionnel en France

TopResa-IFTM reste le premier salon professionnel du tourisme en France. Il progresse chaque année d’à peine 5 % en nombre de visiteurs.
On évoque un chiffre supérieur à 34 000 visiteurs mais sans vraiment avoir la répartition entre professionnels français, étrangers et étudiants.

Si quelques voyagistes sont présents quasiment chaque année, ils peuvent voir que les offices du tourisme représentent une part de plus en plus importante.
Chacun a pu constater qu’en fait ils sont entourés d’une myriade d’agences réceptives prêtes à capter les groupes et les forfaits individuels.

Les DMC (Destination Management Company) sont les meilleurs vendeurs de leur destination

Si les offices du tourisme de nombreux pays sont présents, il s’agit le plus souvent et malheureusement de leurs représentants comme Interface, Indigo, Aviareps …

Pour enchanter leurs clients basés aux Etats-Unis, au Sri Lanka, aux Maldives ou Taiwan …. Pour elles, rien ne vaut un article et des photos sur des pages glacées d’un magazine plus ou moins célèbre pour démontrer leur efficacité.

Et dans les salons, leurs meilleurs vendeurs sont les agences réceptives. Elles sont là non seulement pour capter l’agence de voyages qui leur enverra des individuels mais ce sont surtout les groupes qui intéressent ces opérateurs.

L’invitation des responsables de Comités d’Entreprises (notamment) à l’IFTM, n’a pas dû être appréciée par nombre de voyagistes.

Des salons du tourisme à foison en France

Il est clair que IFTM TopResa reste le salon professionnel le plus important en France ainsi que le Salon Mondial du Tourisme pour les particuliers. Malgré un marché bien moins important que celui de l’Allemagne, les salons régionaux ratissent large en privilégiant ouvertement ces fameuses DMC (Destination Management Company).

Les TO devraient réfléchir à deux fois avant d’investir dans ces nombreux évènements. Au risque de paraitre « vieux jeu », les commerciaux sont largement plus efficaces car proches des vendeurs.

Un autre moyen profitable est l’organisation de réunions ou soirées qui leur permettent de former et capter l’attention des responsables et vendeurs en agences. Il faut rappeler que les vendeurs ne peuvent souvent et malheureusement pas se rendre dans les salons faute de temps et de moyens.

Et on ne peut oublier ces grands salons à l’étranger

Le WTM à Londres s’est tenu du 5 au 7 novembre dernier. Là on retrouve plus de 52 000 visiteurs dont la plupart sont les cadres des entreprises de tourisme. Plus 5000 (vrais) exposants.

Le nombre de conférences est très important. Les agences spécialisées dans les « tours, activités, expériences » font désormais partie du paysage. Le secteur représenterait au moins 150 milliards d’euros dans le monde.

Une autre particularité du WTM c’est l’accueil des LGBT. WTM Londres travaille depuis 15 ans en partenariat avec l’un des leaders de l’industrie, Out Now, spécialiste LGBT responsable de nombreuses campagnes marketing, ainsi que de recherches et de formations pédagogiques de premier plan sur le secteur.

Cette présence est destinée à mieux comprendre et à satisfaire les besoins de ces consommateurs (ce marché représenterait plus de 200 milliards de chiffre d’affaires).

ITB Berlin reste le plus important salon au monde

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 10 000 exposants, 160 000 visiteurs, 180 pays représentés. On évoque même un chiffre d’affaires de 7 milliards d’euros réalisés sur le salon. Il se tiendra du 6 au 10 Mars 2019. La Malaisie sera le partenaire officiel du salon.

Cette année, le salon n’imprimera pas de catalogue papier officiel.

Une démarche environnementale notable. L’année passée, les TO ont représenté 28 % des exposants, les DMC et autres représentations 20 %, les sociétés technologiques 18 %, les hôtels 16 %. Le « business travel » n’a représenté que 4 % des exposants.

Quel salon choisir pour les exposants et les visiteurs ?

Dans la multitude des salons, il faut bien sûr faire des choix et tenter (pour ceux qui exposent) de réaliser un ratio dépenses/recettes.

La visibilité est sûrement importante pour les nouveaux. En région, le salon Mahana à Lyon avec un peu plus de 26 000 visiteurs pour 270 exposants n’est pas à négliger. Pour les visiteurs, le salon IFTM TopResa reste sans conteste le meilleur choix.

Pour ceux qui veulent découvrir les nouveautés dans les modes de commercialisation et les grands acteurs internationaux, WTM Londres et ITB Berlin sont des incontournables. Mais comme nous le disions, la proximité avec les vendeurs reste indispensable. Il faudrait également que les offices du tourisme et leurs représentants réfléchissent à l’importance des vitrines des agences de voyages. C’est un vecteur souvent négligé.

On évoquera une prochaine fois les grands prix, les trophées, les coupes, les awards… notre ami Mark Watkins, patron de Coach Omnium, résume avec humour ce type de récompense : « Pour obtenir un Trophée, il suffit de : s’inscrire, de payer, de demander à un tas d’amis, famille et relations de voter pour soi, être bien avec l’organisateur, se rendre à la cérémonie forcément mémorable et prestigieuse, repayer, espérer que les bonnes relations (sincères ou hypocrites) que l’on a avec l’organisateur seront (bien) récompensées ».

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY