Les Propos de l’Hérétique

Ce dimanche, nous avons réuni en urgence une conférence de rédaction pour statuer sur le cas de l’Hérétique. Motif: il en prend un peu trop à ses aises depuis quelque temps avec le test anal chinois. A-t-il été retourné ? Bien sûr que non, et le prouve, preuve à l’appui, avec les glandeurs et les singes. Il est fort notre Hérétique !

Dans Business AM du 31/1 :

Voici les quatre « touristes » qui composeront le premier équipage 100% privé à se rendre sur l’ISS

Oui, le « nouveau tourisme » est en marche. La dernière révolution, c’était celle du low-cost, low-service. Voici maintenant le tourisme spatial. Le billet est facturé 55.000$ pour 10 jours. C’est pour l’aller-retour, on l’aura compris.


Dans Business AM du 2/2 :

Elon Musk: « Notre implant permet à un singe de jouer à un jeu vidéo »

Il s’agit d’un implant dans le cerveau. A la lecture du titre, méchant comme je suis, je me suis dit immédiatement que j’en connaissais déjà beaucoup, des singes qui jouent à des jeux vidéo. Et puis passé ce moment d’ironie, j’ai été épouvanté ! Va-t-on laisser ce type prendre possession de nos cerveaux ? Parce qu’après les jeux vidéo, on peut imaginer qu’une puce poussera une personne à aller dans telle agence de voyage plutôt qu’une autre, par exemple. Ceci pour vous montrer que, quelque soit notre métier, nous ne sommes pas à l’abri.


Dans Business AM du 3/2 :

Né en Chine, le test anal pour dépister le Covid-19 débarque en Europe

Et la Belgique est en tête de pont, ce qui n’est guère surprenant, vu le nombre de t…du c… qu’’il y a chez nous et notre expertise dans le digital.


Dans AirJournal du 4/2 :

Turkish Airlines : 219 destinations en février

C’est incroyable, non ? En temps normal, la compagnie turque atteint 319 destinations dans le monde, et alors que toutes les autres sont quasiment à l’arrêt, elle continue à voler sur plus de 60% de ses destinations. Ils doivent avoir des trucs, les Turcs. Rappelons en passant que Turkish Airlines est très souvent classée en tête des meilleures compagnies aériennes en Europe, et ce n’est pas usurpé. Un des « trucs » possibles, c’est que le test PCR n’est pas exigé pour les passagers en transit.


Dans un CP du 4/2 :

Abritel, Un nouveau nom, un engagement renouvelé

« Homelidays est désormais Abritel. Nous avons changé de nom, mais notre objectif reste le même : vous aider, vous et vos proches, à trouver la location de vacances idéale ». Voilà le message. On ne sait pas ce qu’il y a vraiment derrière, mais j’aimais bien le nom Homelidays, excellente contraction entre vacances et « chez soi ». Tandis qu’Abritel, ça fait quand même un peu penser à « Mon abri côtier », un peu plus bohème. Souhaitons quand même bonne chance sous ce nouveau nom.


Dans AirJournal du 5/2 :

Covid-19 : la Chine impose un test anal aux voyageurs étrangers

Revenons-y encore une fois, je ne m’en lasse pas. Mais j’attends surtout des précisions opératives : ça se passe comment ? Dans des cabines individuelles ou devant tout le monde ? Y a-t-il des caméras de surveillance ? Comment garantir l’anonymat de mon côté pile ? Quelle est la longueur des écouvillons ? Franchement, j’entrevois plusieurs fentes dans le système.


Dans La TravelTech du 5/2 :

Airbnb : « Le voyage de masse n’est qu’une forme différente d’isolement »

Pour une fois, je suis d’accord avec l’un des co-fondateur de cette plateforme d’« économie citoyenne » dont j’ai toujours pensé pis que pendre. Mais cette réflexion est intelligente. Ce n’est pas étonnant: son auteur doit être très intelligent pour avoir vu la brèche dans les réglementations des Etats, et en avoir profité si longtemps.


Dans l’Echo Week-end du 6/2:

Erika Vlieghe: « À un moment donné, j’étais sur le point de demander publiquement que tous les ‘experts’ se taisent » La seule chose qu’on puisse lui reprocher, c’est de ne pas l’avoir demandé.

Dans un post Facebook du Bourgmestre de Bruxelles Philippe Close :

pour se promener, se rencontrer, jouer…

C’est la nouvelle ville de Bruxelles rêvée. On n’a pas pensé à une autre catégorie de personnes : celles qui travaillent pour permettre aux promeneurs, rencontreurs et joueurs de ne rien faire. Glandeurs et décadence.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY