Les prévisions sur le transport aérien sont bien souvent différentes de la réalité

Plusieurs études affirment que les habitudes des passagers aériens vont changer radicalement dès la fin de la pandémie. Les prévisions sont d’ailleurs pessimistes et ne donnent pas le moral. Cependant, l’ouverture d’un axe international en Asie montre une envie furieuse de voyager !

Des études à gogo pour des prévisions pessimistes…

Selon une étude d’Inmarsat, huit passagers aériens sur dix affirment que leurs habitudes de voyage changeront à la suite de la pandémie de Covid-19, et 41% prévoient de voyager moins fréquemment par tous les moyens.

Elle révèle des écarts importants à travers le monde en ce qui concerne la confiance des passagers. C’est le cas à Singapour et à Hong Kong

Une « bulle de voyage » entre les deux villes

Hong Kong et Singapour établissent une bulle de voyage le 22 Novembre, permettant de voyager sur des vols spécialement désignés en conjonction avec jusqu’à trois tests de coronavirus négatifs. C’est formidable de voir enfin ce concept prendre vie, et c’est certainement une façon prudente et peu risquée de recommencer à voyager.

Les vols affichent déjà complets

Les vols de Singapour à Hong Kong le 22 novembre étaient complets le mercredi 11 novembre plusieurs heures après l’annonce par le ministère des Transports de Singapour de la date de début d’une bulle aérienne entre les deux villes.

Les prix ont explosé

Les prix affichés sur le site Web de Singapore Airlines (SIA) pour les tarifs en classe économique au départ du 22 novembre ont régulièrement augmenté, passant d’environ 800 dollars singapouriens à 10 h le mercredi à plus de 1 100 dollars singapouriens vers 15 heures.

Pas de quarantaine entre les deux villes mais…

À partir du 22 novembre, les voyageurs effectuant des vols aériens entre Singapour et Hong Kong n’auront plus à faire l’objet d’une mise en quarantaine. Il s’agit un assouplissement significatif des restrictions de voyage après des mois de contrôles aux frontières stricts en raison de la pandémie COVID-19.

Même si Hong Kong et Singapour ont peu de cas de coronavirus, cela ne signifie pas qu’il n’y aura pas beaucoup de tests. Au contraire, chaque voyageur devra être testé jusqu’à trois fois, ce qui devrait coûter environ 200 euros !

Un vol par jour pour commencer

Pour commencer, il n’y aura qu’un seul vol par jour mais cela augmentera lentement. À partir du 7 décembre, SIA et Cathay opéreront des vols aller-retour quotidiens entre Singapour et Hong Kong. Les vols seront opérés sur des Airbus A350-900 pour les deux compagnies.

L’axe entre Singapour et Hong Kong est important

La route entre Hong Kong et Singapour était l’un des axes aériens internationaux les plus fréquentées en 2019 avec 13 654 vols par an opérés par quatre transporteurs. Ronald Lam, directeur de la clientèle et directeur commercial de Cathay Pacific, a déclaré : « Nous pensons que ce sera une vitrine importante pour l’ouverture de bulles aériennes plus nombreuses et similaires avec d’autres destinations populaires de la région et au-delà ».

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY