Les Poils à Gratter de l’Enquiquineur

Il y a des semaines un peu moins chargées que d’autres en extraits de cynorrhodon. Rappelons ici que le « poil à gratter » est issu d’une baie, comme celle de St-Tropez, mais la nôtre est comestible et très riche en vitamine C. N’hésitez pas à consommer ce qui suit, c’est pur jus.

Dans Tourisme Plus  du 14 Juin

Pas de couteaux format carte de crédit à l’aéroport

On se demande bien quel plaisir peuvent avoir ces petits malins qui tentent de passer un tel instrument au travers des contrôles, si ce n’est l’unique plaisir de pouvoir se vanter : moi, j’ai franchi les contrôles avec un couteau ! Parce que, point de vue utilité, ce genre de couteau frise le zéro. Essayer d’éplucher vos pommes de terre ou de vous curer les ongles avec ça : bernique ! Je pousse plus loin ma réflexion : on se demande qui a pu inventer cela, qui le fabrique, qui le vend… Mais c’est vrai : il ne faut plus évaluer la stupidité humaine, on est au top.

Dans quasi toute la presse :

Le meilleur restaurant du monde est italien!

On a presque envie de dire : enfin ! J’ai toujours eu des boutons à lire les louages des cuisines danoises ou des chefs britanniques. Qui compose le jury ? C’est la seule question vraiment intéressante. Je sais de quoi je parle : j’ai été 3 fois au Noma, sans jamais me dire que j’avais vécu une expérience unique. On doit avoir 40 restaurants de cette gamme en Belgique. Les Espagnols sont en très bonne position dans le classement, tandis que les Français sont loin, loin… Les Belges, n’en parlons pas. Ce n’est que de la jalousie, à mon sens. Mais je suis content pour l’Italie : autant je hais son football, autant j’adore sa cuisine.  Buffon bien.

Dans Trends.be du 17 Juin

Brussels Airport: tous les travailleurs de Swissport en grève, la moitié des vols en retard

Et on remet ça, dans l’autre société de handling, pour ne pas être en reste. Je suis contre toute exploitation de travailleurs, dans quelque domaine que ce soit. Mais on doit accepter que dans tout type de travail, il y a des périodes plus chargées et d’autres moins. Quand l’aéroport a tourné au ralenti pendant des semaines, est-ce que les bagagistes ont proposé une adaptation de leurs salaires ? En plus, j’en aurais un peu pitié s’ils traitaient mes valises correctement ; mais quand on voit ce qu’ils leur font subir… Une valise, c’est presque sacré, un objet de culte.

Dans PagTour N° 2511

Brussels Airport en panne de lumière(s)

Ce n’est en tout cas pas une lumière celui ou celle qui a choisi d’organiser une conférence de presse à une heure où, le ring étant à l’arrêt, il est quasi impossible d’atteindre l’aéroport avant 10h, à condition de partir bien avant 8h. Une panne d’électricité dans l’aérogare, ça fait vraiment mauvais genre. Etonnant que des politiciens n’aient pas demandé une Commission d’enquête pour déterminer les responsabilités. Il est vrai qu’ils ne sont pas des lumières non plus. Et ne nous étonnons pas qu’après tout ce qui s’est passé, quelqu’un pète un plomb. Tout ça est normal, finalement.

ou encore :

Agadir : Du all in au tourisme équitable

Un article de Samuel qu’il faut lire pour se rendre compte à quel point le « all in » nuit aux destinations. Pas de contact avec la population locale, pas un centime dépensé en-dehors des camps, pardon : des « hôtels ». Tout ce que le tourisme devrait apporter au monde est nié par le « all in ». La conclusion est évidente, et fort joliment dite ici : « La distribution équitable de l’argent du tourisme atténuera sans aucun doute les pauvretés. Elle s’opposera certainement au discours haineux des djihadistes. » Hélas, le seul avantage du « all in », c’est peut-être la sécurité. On ne peut pas tout avoir.

Dans PagTour N° 2512

Waiting List

Ricky aurait-il trop chaud, même par ces températures hivernales ? Voilà qu’il remet le couvert, si je puis dire, en nous parlant d’un restaurant nudiste qui s’ouvre à Londres. Spécialité saucisses ? Pas forcément. Je me pose une question : c’est sans doute très sain, mais — comme la semaine passée — la question est celle du tri ou non des convives. Je crains que les plats aient l’air trop gras.  Et puis, où met-on son portefeuille ? Parce qu’il y a un moment où vous devrez bien sortir votre bourse…

Dans PagTour N° 2515

Une classe en plus sur les longs courriers de Brussels Airlines

J’aime, j’aime, j’aime, vous ne pouvez pas savoir à quel point ! Avec mon gabarit hors normes, j’attendais ça avec impatiente. Je vais pouvoir à nouveau prendre l’avion, et non plus voler sur un instrument de torture. Allez, encore une question : comment font nos équipes de basket quand elles jouent des matches internationaux ? Et nos haltérophiles ? Eh bien, moi, je suis un peu le produit d’une basketteuse et d’un haltérophile, mais avec les muscles un rien plus bas. Mon autre problème, c’est que je vais peu en Afrique, contrairement aux long-courriers de Brussels Airlines. Mais merci quand même.

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY