Les Poils à Gratter de l’Enquiquineur pour la semaine du 26 février 2018

Un véritable descendant de Jacques Cartier nous livre sa sélection des articles de la semaine. Il s’appelle Patrick, mais tout le monde l’appelle Pat. Amusant, quand on sait qu’il est juge…

Dans PagTour N° 2934 :

Le cash, dernier rempart de notre liberté

Amid Faljaoui met le doigt sur un vrai problème pour le tourisme. Que les pays « très avancés » suppriment leur monnaie métal et papier, c’est déjà une mauvaise décision pour tout un tas de petits bénéficiaires : les mendiants, les SDF, les gens qui rendent de petits services, les enfants que l’on veut récompenser…

Mais imaginez-vous l’effet produit dans les pays « plus pauvres » : impossible de rien acheter dans ces petites échoppes de souvenirs, aux marchands de street-food ou de boissons fraîches à la sauvette…voire même dans un restaurant perdu au bout du monde. Est-ce vraiment ce monde-là que l’on veut ?

Dans Trends-Tendances du 27/2 :

Pourquoi faudrait-il un patron belge pour Brussels Airlines ?

Dans la lignée de quelques articles parus dans PagTour : pourquoi tant d’émotion autour de cet « ancrage belge indispensable » ? Se plaint-on qu’ABInbev soit dirigée par un Brésilien ? En revanche, « Le gouvernement serait plus efficace, de même que les gouvernements régionaux, en réduisant les obstacles, d’ordre social, fiscal ou environnemental, à l’exercice en Belgique des activités des compagnies aériennes. » Bien dit, non ?

Dans PagTour du 28/2 (avec La Quotidienne)

Pourquoi les avions de ligne sont-ils si inconfortables ?

On peut avoir été pilote et se tromper lourdement sur son outil de travail, qu’on a surtout utilisé sur les deux sièges tout à l’avant. « La capacité des biréacteurs moyen-courriers est aujourd’hui inférieure d’un tiers à celle des avions en service, il y a une trentaine d’années. » Les premiers 737 avaient 125 places, ils en ont maintenant plus de 200.

Ce n’est pas la grosseur de l’avion qui fait le confort, c’est l’espace qu’il offre entre les sièges. La cause première est donc bien l’accroissement de la capacité, qui est elle-même corollaire de la dictature du low-cost.

Dans DéplacementsPro.com du 28/2 :

Marketing, la dérive des fournisseurs

Une très bonne définition : « le marketing est l’outil des communicants qui formatent les informations pour donner envie aux acheteurs » (Sic). Le tourisme fait du marketing sans le savoir, puisque les photos des destinations sont toujours des vecteurs de rêve. D’un autre côté, ce n’est pas en montrant les abords de la Gare Centrale qu’on va attirer des gens à Bruxelles…

Dans AirJournal du 1/3 :

Lufthansa : livrée à revoir

On n’a toujours pas compris comment le géant allemand a pu commettre une telle erreur. C’est sans doute encore une question d’ego : laisser son nom à un grand changement. Coca-Cola s’y était risqué il y a 40 ans. Mais qui, chez LH, a pu décider de cette nouvelle livrée, banale à pleurer ? Notez que quand on voit le nom, le logo et les couleurs de LEVEL, on se dit qu’on ne peut sûrement pas faire pire (et c’est un haut dirigeant de la compagnie espagnole qui nous l’a dit !)

Dans DéplacementsPro du 1/3 :

Hôtels : faut-il réellement réserver à l’avance pour faire des économies ?

PagTour l’a déjà dit, il y a longtemps : l’industrie hôtelière, surtout dans la MICE, n’a rien compris au yield-management, qu’elle applique le plus souvent à l’envers : on brade les dernières chambres, au détriment du naïf qui avait réservé bien longtemps à l’avance, et facilité ainsi le travail des commerciaux. La réponse à la question posée dans le titre est donc : NON ! Et tant pis pour ces hôtels qui n’ont encore rien compris.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY