Les Poils à Gratter de l’Enquiquineur de la semaine du 30 mai 2016

Il a mangé du lion cette semaine notre Enquiquineur… Il s’en prend à tout le monde, aux passagers qu’ils soient en avance ou en retard, aux low cost EasyJet et Ryanair, aux touristes connectés partout et tout le temps, à la France et ses grèves, Bruxelles et ses « mesurettes » pour relancer le tourisme…  Pas à dire, il est en forme !

Dans Air Journal du 31 Mai :

Passagers en retard : easyJet serre la vis à Gatwick

Il y a deux sortes de passagers aériens. Ceux qui commencent à faire la queue, passeport et billet en main, dès que leur avion est arrivé à sa porte, et qui vont rester debout comme des cons pendant au moins 30 minutes. Si c’est un vol Wizzair, par exemple, sans réservation de siège, on peut à la rigueur comprendre. Et puis il y a le passager cool : son vol est à 10h50, donc il arrive au « gate » à 10h48, juste le temps d’embarquer, et il s’étonne qu’on ait appelé son nom au micro : il regarde sa montre devant l’hôtesse comme pour lui dire : mais je suis à l’heure, connasse ! Ces deux groupes m’énervent, le second encore plus.

Dans un Communiqué de Presse du 1/6:

Brussels Airlines et Foodmaker mettent les petits plats dans les grands

Je le dis tout net : je suis un grand défenseur le Brussels Airlines. Vieille réminiscence d’un patriotisme dépassé, sans doute. Et je ne veux pas faire de tort à Foodmaker que je ne connais pas. Mais cette bouffe pour bobo, ces salades à la mode avec du quinoa, du houmous ou des pâtes froides, ces wraps ou ces burritos de cuisine altermondialiste pour pétasses genre BW, très peu pour moi. Je voudrais simplement manger quelque chose de bon et de tout simple, genre baguette jambon-beurre. Mais c’est sans doute trop demander de nos jours.

Dans Travel Inside du 1/6 :

A320 plus efficace chez Easyjet

Vous savez ce que ça veut dire, « plus efficace » dans l’esprit d’un opérateur low-service ? Ça veut dire qu’on met 186 sièges dans un avion qui au départ est prévu pour en avoir 164 en classe unique, ou 180 au grand maximum. Je ne vous dis pas la réduction de l’espace vital ! On se demande pour qui il est encore « easy » de s’asseoir. Quant à l’efficacité, j’ai des doutes : tous les grands gabarits avaient déjà renoncé à voler sur ces compagnies, il leur reste les nains. Pardon, on ne peut plus dire cela. Les personnes de très petite taille. Et les autres se taillent.

Dans Focus/Vif du 1/6 :

Make Brussels, incubateur de réenchantements urbains ou simple usine à gaz?

Rien à ajouter au texte original, désolé de le reprendre comme tel, mais c’est si bien dit ! Et allez lire la suite ! « Call Brussels, Bruxelles Je t’aime, Pyjamanights, Dining For Brussels, Sprout to be Brussels et Make Brussels, donc. C’est que l’on s’y perdrait dans toutes ces tentatives et ces opérations destinées à redorer l’image de notre capitale de façon généralement « citoyenne et décalée ». Pendant ce temps, nos musées continuent de prendre l’eau, les œuvres dans leurs caves de servir de goûters aux souris, les tunnels de tomber en miettes, le princier piétonnier de demain de garder sa gueule de crapaud d’aujourd’hui, Yvan Mayeur de se la jouer Marie-Antoinette et les militaires de faire le travail des auxiliaires de police. »

Dans Trends.be du 1/6

Ryanair déserte (et condamne) un aéroport pour protester contre une taxe

Je suis comme un gâteau de mariage : partagé. D’un côté, Ryanair avait (paraît-il) créé un millier d’emplois sur le site, et désenclavé une région de Norvège un peu laissée pour compte. Et de l’autre côté, la Première norvégienne Erna Solberg se défend avec un argument valable :  « Je ne me laisserai pas dicter mes choix par Ryanair« . Six euros, ce n’est jamais que le prix d’une bière, en Norvège. Mais c’est aussi 10% d’un billet d’avion, parfois…

Dans TourismePlus du 2/6

Les appareils mobiles révolutionnent vraiment les habitudes de voyage !

Ce qui est très drôle dans ce bon article de nos confrères canadiens, c’est l’illustration qui l’accompagne. On voit une jeune fille moderne style sport (short, grosses chaussures de rando, bandeau sur la tête, sac à dos) assise devant un paysage somptueux des Rocheuses. Et croyez-vous qu’elle contemple ce spectacle de toute beauté ? Nooon, elle regarde sa tablette !! C’est drôle, non ? Ou alors terriblement triste, au choix.Dans Pagtour N° 2501

 

Dans Pagtour N° 2501

Quand « l’uberisation du monde » provoque la panique

L’excellent article d’Amid Faljaoui pose évidemment le problème de façon claire : toute révolution technologique a toujours fait se lever les boucliers. Il n’y a rien de plus conservateur que la masse confrontée aux changements : nous le voyons tous les jours. Et toute révolution technologique a aussi toujours créé de l’emploi. Mais… car il y a un mais ! Ce qui n’est pas dit, c’est l’inertie totale des Etats devant les changements, leur incapacité à mettre rapidement les textes légaux en phase avec l’évolution.

Dans Pagtour N° 2502

Bienvenue en France !

Le tout c’est de savoir quand et où, afin d’éviter tous les mouvements de mauvaise humeur possibles. Par exemple, la grève des pilotes Air France pendant l’Euro de foot : est-ce la bonne idée ? On cherche un arbitre… On lit un peu partout que, pour les prochaines vacances, le Français restera chez lui, et qu’il passera son temps à bien bouffer. L’idée n’est pas mauvaise, après tout : le paysan sera toujours le dernier à faire grève, et le restaurateur aussi.

Dans Pagtour N° 2503 :

68 millions pour relancer Bruxelles

Claude Boumal n’a pas été convaincu. Tout un tas de mesurettes, mais ce qu’il faut absolument, et de toute urgence, c’est restaurer l’image ! Et là, c’est pas gagné ! Voir à ce sujet l’article ci-dessus sur Make Brussels. C’est sympa, l’idée du Sprout to be Brussels. Mais bon, tout le monde n’aime pas les choux de Bruxelles, à cause de leur odeur, déjà toute contenue dans le mot « sprout ». Et ce qui circule négativement sur la ville l’emporte largement, même sur nos frites, nos bières, nos gaufres…

Dans Pagtour N° 2504

Un contrôle de trop à Brussels Airport

Le BTO a raison de fustiger tous ces contrôles. Mais perso je trouve que celui des voitures à l’arrivée est peut-être l’un des plus rapides et des plus dissuasifs qui soit. En revanche, je m’étais fait exactement la même réflexion : «  les tentes devant le bâtiment donnent l’impression que cette mesure vise à protéger les bâtiments et pas les voyageurs. » Et la mesure la moins risquée de toutes serait la grande dispersion des passagers dans l’aéroport au lieu de cette concentration pour contrôle. Comprenne qui pourra.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY