Les Philippines, une destination en danger

©Margaux Ducruet

Pour de nombreux pays en développement comme les Philippines, l’industrie du tourisme est l’un des principaux moteurs de la croissance et du développement. Malheureusement, son président est arrivé à donner au pays une image désastreuse.

Des touristes mais surtout des asiatiques

Les dernières statistiques montrent plus de six millions d’arrivées de touristes pour 2017, avec la Corée du Sud en tête, suivie de près par la Chine et le Japon. Les chiffres de l’emploi dans le secteur touristique se situent à près de 5,5 millions et continuent de croître.

Pour les Philippines, le tourisme apporte les devises nécessaires pour payer les importations, crée des opportunités d’investissement et génère des millions d’emplois pour les communautés locales proche des zones touristiques.

Le président choque en traitant Boracay de cloaque

Il y a quelques semaines, le président Rodrigo Duterte (photo ci-dessus) a choqué le monde du tourisme en qualifiant Boracay de cloaque. Il avait sûrement raison sur le fond car on entend parler du problème de l’élimination des déchets sur l’île depuis plusieurs années sans que rien n’ait été fait.

Peut-être que cela bougera les choses sur place car nous ne sommes pas loin d’un désastre écologique. Sur la forme, le discours brutal relayé par la presse aura sûrement fait fuir nombre de touristes.

©Margaux Ducruet

La face visible des Philippines est superbe

Pour ceux qui sont déjà allés aux Philippines, ils savent combien le peuple philippin est accueillant. Le pays est composé de 7.641 îles.

La principale richesse est d’avoir une très riche biodiversité avec de nombreuses montagnes, forêts, des sites de plongées.

La face moins visible : les tueries, la corruption …

Dutertre a été élu 2016 avec la promesse d’éradiquer le trafic de drogue. Il avait sûrement oublié de préciser qu’il ferait abattre sans procès des milliers de consommateurs (souvent pauvres) et quelques trafiquants.

Il y aurait selon les organisations des droits de l’homme au moins 4000 personnes tuées par la police et des milices. C’est sûrement bien plus. La Cour Pénale Internationale (CPI) se penche depuis un moment sur sa politique meurtrière contre la drogue.

Le président des Philippines prétend que les actes qui lui sont reprochés « ne constituent ni un génocide ni un crime de guerre », et ajoute que les morts sont « survenues durant des opérations de police légitimes » et « n’étaient pas préméditées ». Il a décidé de retirer le pays de cette juridiction afin d’éviter une condamnation certaine.

On ajoutera que le conflit sur l’île de Mindanao avec les musulmans n’est toujours pas réglé. A vous de juger s’il est éthique d’assurer la promotion des Philippines.

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

  1. oui il faut continuer a aller au philippines ..les gens sont adorable et on besoin des touristes ..rien a foutre du reste rendons heureux les gens sur place moi j’y vais depuis 9 ans je ne regrette rien et pourtant je pzsse du temps sur manila ..

LEAVE A REPLY