Les Philippines ont encore été bien secouées …

Ce pays est incroyablement beau. On ne cessera jamais de le dire. Mais il connait régulièrement des typhons particulièrement dans le nord du pays. Il faut bien dire aussi que les Philippines ont la malchance d’avoir des responsables politiques largement défaillants.

Un violent tremblement de terre a secoué la capitale

Un violent tremblement de terre a secoué une grande partie de la capitale philippine lundi 22 avril, faisant au moins huit morts. On ne compte pas la destruction de bâtiments. Selon le « United States Geological Survey », le séisme de magnitude 6,3 a frappé 60 km au nord-ouest de Manille à une profondeur de 40 km.

L’aéroport de Manille Clark, le deuxième aéroport de Manille

La capitale des Philippines est desservie par deux aéroports. Il y a l’aéroport international Ninoy Aquino, anciennement connu et encore communément appelé aéroport international de Manille. Les grandes compagnies aériennes desservent cet aéroport.

Le deuxième aéroport est Clark International Airport. Il est situé à 80km de la capitale. Il est surtout fréquenté par les compagnies low-cost. Il s’agit d’une ancienne base américaine ! Une partie du terminal de cet aéroport s’est effondrée.

Les vols annulés à l’aéroport de Clark

Dans une déclaration lundi soir, Jim Melo, président de la Clark International Airport Corporation, a déclaré que 7 personnes avaient été légèrement blessées lors de l’effondrement d’une partie du plafond du hall d’enregistrement. Les vols ont également été suspendus.

Les autorités espèrent une réouverture dans la semaine. La tour de contrôle a, également, été endommagée par un panneau de verre brisé. En conséquence, la tour n’est pas utilisée pour le moment en attendant l’évaluation complète des dommages. Les pistes d’atterrissage doivent être vérifiées pour s’assurer qu’elles ne sont pas endommagées. L’aéroport Clark accueille, habituellement, quelque 8.000 passagers par jour et plus de 600 vols par semaine.

Le président Duterte aura fait assassiner entre 12 et 20.000 personnes !

Il ne faut pas oublier que le pays est gouverné par un président qui devrait passer devant la Cour Internationale. Plus de 5.000 personnes sont mortes, principalement entre les mains de la police, entre juillet 2016 et la fin novembre 2017, selon les chiffres officiels publiés par l’Agence philippine de lutte contre la drogue (PDEA).

Le bilan officiel est loin des estimations données par les groupes de défense des droits de l’homme et les militants des victimes, qui varient entre 12.000 et 20.000. La Cour suprême des Philippines a ordonné la publication de documents de la police faisant état de l’assassinat de milliers de suspects lors de la répression menée par le président, ce qui pourrait permettre de mieux comprendre les accusations de punition extrajudiciaire.

Une réouverture de l’île de Boracay contestée

Le président des Philippines, Rodrigo Duterte, a parlé récemment de la protection de l’environnement lors de son troisième discours sur l’état de la nation.

Mais, sans surprise, il n’a pas mentionné les politiques de son gouvernement qui ont contribué à la dégradation des ressources naturelles du pays au cours des deux dernières années.

Duterte a déclaré qu’il avait ordonné la fermeture de l’île de Boracay afin de mettre un terme à la dégradation de la pollution dans la destination touristique populaire, ce qui était tout à fait justifié. Mais il a gardé le silence la construction annoncée de casinos chinois sur l’île. Par ailleurs, comment permettre de remettre en état les coraux qui entourent l’île et qui sont dans un état déplorable ?

Désolé pour la population philippine qui est, dans une grande majorité, adorable et accueillante !

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

Aucun commentaire

Laisser une réponse