«Les mots seuls ne sauveront pas les emplois»

Le comité de crise pour le tourisme mondial fait bloc derrière l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) pour appeler les gouvernements à se mobiliser «par-delà les mots» et à commencer à prendre des mesures résolues pour sauvegarder les millions d’emplois menacés par suite de la pandémie de Covid-19.

Le tourisme étant, de tous les principaux secteurs de l’économie, l’un des plus durement touchés, l’institution spécialisée des Nations Unies pour le tourisme avertit aussi des répercussions sociales et sur le développement que pourrait entraîner l’onde de choc économique.

L’OMT relaie l’appel général à préférer l’action aux mots

À la troisième réunion du comité, l’OMT a demandé instamment aux membres de faire davantage pression sur les dirigeants mondiaux pour revoir les politiques en matière de fiscalité et d’emploi liées au tourisme et pour assurer la survie des entreprises de façon à contribuer aux efforts plus larges en vue du redressement.

La définition des interventions financières et économiques a été au cœur des réunions de printemps du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale la semaine dernière; quant à la Commission européenne, elle a resserré la coopération politique au sein de l’Union européenne.

La réunion du comité de crise pour le tourisme se tenait aussi dans le contexte de l’appel, lancé par la Présidence saoudienne du G20 aux pouvoirs publics, organismes privés et philanthropes à recueillir ensemble $8 milliards pour combler le déficit de financement existant et se donner les moyens de contrer la pandémie.

Zurab Pololikashvili, Secrétaire général de l’OMT: «Cette crise a montré l’étendue de la solidarité par-delà les frontières, mais ce n’est pas avec de belles paroles et de beaux gestes que l’on va protéger les emplois ou aider les millions de personnes dont les moyens d’existence dépendent d’un secteur du tourisme prospère.

C’est l’occasion pour les gouvernements de reconnaître la valeur exceptionnelle du tourisme, non seulement pour fournir des emplois, mais aussi pour être un moteur de l’égalité et de l’inclusivité. Notre secteur a démontré sa capacité à rebondir et à contribuer au relèvement des sociétés. Il a maintenant besoin du soutien voulu pour pouvoir, une fois encore, être en première ligne des efforts de redressement.»

Penser l’après

L’OMT lance son appel à l’action dans la foulée de son rapport sur le coup d’arrêt porté par la Covid-19 au tourisme mondial. Le Secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikashvili, invite aussi les gouvernements à lever ces restrictions dès qu’il sera sûr de le faire, pour que les sociétés puissent bénéficier de nouveau des retombées économiques et sociales que peut apporter le tourisme.

Se projetant vers l’avenir, le comité de crise pour le tourisme mondial est en train d’élaborer un plan de redressement pour le secteur. Celui-ci misera sur l’ouverture des frontières et l’amélioration de la connectivité tout en cherchant aussi à renforcer la confiance des consommateurs et des investisseurs.

Pour aider les pays à se remettre sur les rails de la croissance, l’OMT lancera bientôt un nouveau dispositif d’assistance technique pour le redressement. Il permettra aux États membres de renforcer leurs capacités et de mener une action plus efficace de marketing et de promotion de leur secteur du tourisme au cours des mois difficiles qui nous attendent.

Un tourisme qui parle d’une seule voix

L’OMT a institué le comité de crise pour le tourisme mondial afin de rassembler chacune des composantes du secteur du tourisme et des institutions internationales de premier plan pour, ensemble, assurer une unité d’action en vue d’atténuer l’impact de la Covid-19 et de préparer le tourisme au redressement.

Du système des Nations Unies, le comité comprend des représentants de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et de l’Organisation maritime internationale (OMI). Siègent à leurs côtés les présidents du Conseil exécutif et des commissions régionales de l’OMT.

Le comité compte aussi des membres du secteur privé dont des représentants de l’Association du transport aérien international (IATA), du Conseil international des aéroports (ACI), de Cruises Lines International Association (CLIA) et du Conseil mondial des voyages et du tourisme (WTTC).

Cette troisième réunion a bénéficié des interventions de l’Organisation internationale du Travail (OIT) et de l’OCDE, montrant l’importance accrue attachée au tourisme dans l’action menée par les organisations internationales face à la Covid-19. (TI)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY