Les millions d’argent « neuf »
du tourisme fluvial

Que représente le tourisme fluvial dans l’offre touristique française ? un poids économique de 1,36 milliard d’euros, 6 100 emplois directs et 15,6 millions de journées-passagers, selon Voies navigables de France, un établissement public sous la tutelle de l’Etat.

Les retombées économiques générées par la dépense des opérateurs et des clients des 5 filières du tourisme fluvial (paquebots fluviaux, péniches-hôtels, bateaux promenades, bateaux de location habitables sans permis et plaisance privée) sont estimées à 1,36 milliard d’euros (TTC), dont environ 50 euros de dépenses touristiques (TTC) par personne et par jour.

Le poids économique du tourisme fluvial est le plus important sur le bassin de la Seine (344 millions d’euros HT), en Aquitaine-Occitanie (174 millions d’euros HT) et dans le Grand Est (91 millions d’euros HT).

Le tourisme fluvial peut directement contribuer au développement économique des territoires, en particulier ruraux :

– si l’on considère qu’un paquebot fluvial génère environ 2 millions d’euros «d’argent neuf» chaque année, cette filière pourrait être créatrice d’importantes ressources supplémentaires pour les régions concernées (Ile-de-France, Normandie et Auvergne-Rhône-Alpes) ;
– un bateau promenade à Paris génère près d’1,5 million d’euros « d’argent neuf » chaque année ;
– un bateau promenade en province peut apporter 800 000 € « d’argent neuf » par an ;
– 3 péniches-hôtels peuvent apporter près de 720 000 € « d’argent neuf » par an ;
– une base de location de 20 bateaux habitables peut apporter 660 000 € «d’argent neuf» par an ;
– un port de plaisance d’une cinquantaine de places génère 150 000 € « d’argent neuf » par an.

[Avec La Quotidienne]

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY