Les longs weekends du mois de mai stimulent les départs en vacances

Le tour-opérateur TUI enregistre une forte croissance des réservations pour le mois de mai (+ 42 % par rapport à 2017). Les Belges travaillent dur et veulent changer d’air. Les longs week-ends du mois de mai sont un prétexte tout choisi pour partir, puisqu’il ne faut prendre que 4 jours de congés pour une semaine entière de vacances.

Ce sont surtout les couples qui s’offrent des escapades. La plupart d’entre eux iront chercher le soleil dans des destinations comme l’Espagne, la Turquie ou la Grèce. La destination gagnante est la Riviera turque (Antalya) avec une croissance de 165 % par rapport à mai 2017.

Avec la fête du travail (1er mai), l’Ascension (10 mai) et la Pentecôte (21 mai), le mois de mai est traditionnellement prisé pour les escapades. Après avoir analysé les chiffres de réservation de ces longs week-ends à venir, TUI constate que les Belges seront plus nombreux à partir au soleil (+42 %).

La majorité d’entre entre eux s’offriront un moment privilégié, principalement en couple. La semaine du 1er mai est la favorite, non seulement en nombre de réservations mais aussi en termes de croissance par rapport à l’an dernier (+61 %).

Les citytrips sont en vogue

Le long week-end de l’Ascension enregistre également une belle augmentation (+21%) et arrive en 2e position en volume de réservations. Le week-end de la Pentecôte est traditionnellement le mois choisi en raison des examens qui approchent, il affiche tout de même une belle croissance (+49 % de départs).

Les voyageurs Belges optent pour le soleil de la Costa del Sol (Malaga), de Majorque, de la Riviera turque (Antalya), de Tenerife ou de l’île grecque de Rhodes, les régions de vacances favorites pour ces longs week-ends du mois de mai.

Les citytrips sont également en vogue. Paris, Londres, Barcelone, Rome et Lisbonne forment le top 5 de ce mois de mai. Les vacanciers belges seront plus nombreux à explorer ces villes le long week-end du 1er mai qui engrange 25 % de réservations supplémentaires comparé à l’an dernier.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY