Les files diminuent en Belgique

« Une coïncidence ou sommes-nous sur la bonne voie ? »

Le baromètre des files de Touring Mobilis indique, pour le premier semestre de cette année, que le nombre d’heures d’embouteillages sur le réseau routier belge a diminué par rapport à la même période en 2018.

Cependant, par rapport à 2017 et les années précédentes, la tendance a continué d’augmenter et les bouchons structurels en particulier. Mais 2019 montre une nette diminution par rapport à 2018.

Selon Touring, cette diminution pourrait être due à la douceur des conditions météorologiques au printemps, qui pourrait s’accompagner du début d’un changement de mentalité dans lequel les gens auraient fait le premier pas vers des moyens de transport alternatifs.

Quand est-ce que les embouteillages de la première moitié de 2019 ont été les plus longs et pourquoi?*

Le tableau 1 (ci-dessous) nous donne un aperçu du top 10 des files en Belgique pour le premier semestre de 2019. Par rapport aux années précédentes, il n’y a pas d’écart excessifs dans la longueru des files enregistrées. Les causes de longues files restent stéréotype pour pour un premier semestre en Belgique.

Rang

km

Date

Quand

Causes

1

424

Lundi 28 Janvier

Matin

Pluie et neige en Wallonie

2

406

Jeudi 14 Mars

Matin

Fortes pluies proquant des accidents

3

402

Vendredi 7 Juin

Soirée

Départ long weekend de Pentecôte

4

396

Mercredi 12 Juin

Matin

Fortes pluies

5

380

Mercredi 30 Janvier

Matin

Première neige fraîche

6

367

Jeudi 25 Avril

Soirée

Soirée pluvieuse

7

351

Mercredi 19 Juin

Soirée

Orages et Pluies

8

345

Mercredi 29 Mai

Soirée

Départ weekend de l’Ascension

9

341

Mardi 14 Mai

Matin

Incendie Bruxelles-Nord: Circulation interrompue entre Gare du Nord et Midi

10

337

Mardi 2 Avbril

Soirée

Orages et Pluies Anvers

Tableau 1. Les plus longues files du premier semestre 2019

Les files de 2015 à 2019: évolution par type

Evolutie

Le tableau 2 (ci-dessous) indique combien d’heures la longueur totale des files en Belgique ont été enregistrées au-dessus d’une certaine valeur au cours du premier semestre de 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019. Ce tableau concerne les longueurs de files d’un jour complet.

x km

2015

2016

2017

2018

2019

Files structurelles

100

651.3

717.4

696.4

848.3

790.1

150

342.5

399.9

388.4

457.4

432.5

200

165.4

203.6

182.9

234.4

214.3

250

66.4

78.6

72.2

104.7

85.2

Files Exceptionnelles

300

21.8

23.9

24.2

46.6

21.4

350

9.8

10.0

5.7

13.7

6.4

400

4.3

4.7

0.9

4.2

1.1

Tabel 1. Évolution des files structurelles et exceptionnelles d’un jour complet, du premier semestre de 2015 à 2019

Touring: Ce tableau montre une nette augmentation de la longueur des files depuis 2015, mais en 2019, les données révèlent une remarquable tendance inverse: la longueur des files a tendance à diminuer pour la première fois.

Types de files

Selon Touring, il faut distinguer 2 types de files : les structurelles et les exceptionnelles. «Les embouteillages structurels mesurent entre 100 km et 250 km et reviennent presque tous les jours pendant les heures de pointe du matin et du soir en raison des déplacements quotidiens, domicile-travail ou domicile – école – travail, et du transport de marchandises.

La limite inférieure de 100 km n’est jamais atteinte excepté pour le week-end et les jours fériés. Les embouteillages exceptionnels sont des embouteillages de plus de 300 km. Les causes sont souvent liées à la météo, mais ces embouteillages peuvent également se produire en raison de circonstances imprévues telles que des accidents, des barrages routiers ou certains jours (par exemple, une grève).

Comment expliquer cette soudaine diminution de ces files?

Diminution générale

Bien que le réseau routier soit toujours saturé, les embouteillages dimunuent pour la première fois depuis des années, explique Touring. «Sommes-nous toujours fatigués de faire la file et recherchons-nous des alternatives pour déménager ou changer d’entreprise? C’est possible, mais le déclin est encore trop faible pour pouvoir parler de transfert modal. Après tout, par rapport aux années précédentes, les embouteillages restent importants ».

x km

Diminution 2018-2019 (%)

Augmentation 2015-2019 (%)

Files structurelles

100

-6.86

21.31

150

-5.43

26.29

200

-8.57

29.57

250

-18.65

28.26

Files exceptionnelles

300

-54.04

-1.46

350

-53.47

-35.14

400

-74.50

-75.10

Tabel 2. procentuele evolutie van de files tussen 2018 – 2019 en 2015 – 2019

Diminution des files pendant les heures creuses

Selon Touring, on peut parler avec prudence d’une rupture de tendance, car même pendant les heures creuses, les embouteillages ont diminué, alors qu’ils ont continué d’augmenter régulièrement jusqu’à l’année dernière. Dans le tableau ci-dessous, les longueurs de files sont indiquées pendant les heures creuses (entre 10 h et 15 h).

Ici aussi, les chiffres sont en baisse et la même question se pose alors : s’agit-il d’une coïncidence ou d’un changement de mentalité? Cependant, la forte augmentation par rapport à 2015 ne peut être ignorée: le nombre d’heures d’embouteillages structurels a fortement augmenté pendant les heures creuses, même si elles ont diminué au premier semestre de 2019.

Le tableau 4 (ci-dessous) montre la durée des embouteillages par longueur totale des files en Belgique a été enregistrée au-dessus d’une certaine valeur pendant les heures creuses (tss 10h et 15h).

x km

2015

2016

2017

2018

2019

Files structurelles

50

272.6

329.4

382.5

450.9

418.8

75

135.9

166.1

181.7

303.6

260.0

100

71.9

83.7

86.2

188.4

132.9

125

30.9

36.2

38.2

105.0

61.3

150

10.6

17.2

16.8

41.8

24.9

175

3.9

11.0

7.8

16.5

11.2

200

2.5

7.6

1.7

5.1

6.7

250

1.8

2.2

0.0

0.1

2.3

Files exceptionnelles

300

1.4

0.8

0.0

0.0

0.0

350

0.6

0.1

0.0

0.0

0.0

400

0.3

0.0

0.0

0.0

0.0

Tabel 3. Nombre d’heures par par km de files enregistrées aux premiers semestres de 2015 à 2019

Conclusion

Touring: la tendance significative depuis plusieurs années: le nombre d’heures d’embouteillages en Belgique augmentaient chaque systématiquement chaque année. Comme c’était encore le cas l’année dernière, on progressait non seulement aux heures de pointe, mais également de plus en plus aux heures creuses. Nous avons été épargnés par les embouteillages très lourds, mais les embouteillages structurels ont empiré progressivement.

Par contre pour la première fois on enregistre au premier semestre de cette année une tendance inverse ! En effet, les embouteillages n’augmentent plus cette année mais on carément diminué par rapport à l’année dernière. Selon Touring, les investissements dans les infrastructures (optimisation des goulets d’étranglement, pistes cyclables sécurisées et plus de transports en commun) et les mesures visant à convaincre les personnes de choisir des solutions de remplacement peuvent avoir influencé certains usagers.

Par exemple, il est indéniable que de plus en plus de personnes optent pour le vélo ou la moto pour éviter les embouteillages. Cela, combiné à un printemps doux, peut expliquer cette tendance. Sommes-nous vraiment sur la bonne voie ou la première moitié de 2019 était-elle un coup de chance? Les prochains baromètres nous le diront, conclut Touring.


Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY