Les émissions d’un avion volant au carburant durable passées au crible

Airbus, le centre de recherche allemand DLR, Rolls-Royce et le producteur de carburant durable d’aviation Neste, se sont associés pour lancer une étude sur l’impact des carburants de substitution sur les émissions et le climat, l’objectif étant d’étudier les effets d’un carburant 100% durable sur les émissions et les performances des avions.

Le constructeur européen indique que les résultats de l’étude, réalisée au sol et en vol à l’aide d’un Airbus A350-900 équipé de moteurs Rolls-Royce Trent XWB – soutiendront les efforts actuellement déployés par Airbus et Rolls-Royce permettant de s’assurer que le secteur de l’aviation est prêt pour l’utilisation de SAF à grande échelle, dans le cadre du programme de décarbonation de l’industrie.

Des essais moteurs, incluant un premier vol pour vérifier la compatibilité opérationnelle de l’utilisation de SAF à 100% avec les systèmes de l’avion, ont eu lieu dans les installations d’Airbus à Toulouse.

Ces essais seront suivis par des tests sur les émissions en vol qui débuteront en avril et reprendront à l’automne, utilisant un Falcon 20-E de DLR pour effectuer des mesures visant à étudier l’impact de l’usage de SAF sur les émissions.

Entre-temps, d’autres tests au sol mesurant les émissions de particules sont prévus pour indiquer l’impact environnemental de l’utilisation de SAF sur les opérations aéroportuaires.

Le SAF sera fourni par Neste, l’un des principaux fournisseurs mondiaux de carburant  durable d’aviation. Des mesures et analyses supplémentaires pour la caractérisation des émissions de particules pendant les essais au sol seront fournies par l’Université de Manchester et le Conseil national de la recherche du Canada. (TI)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

LEAVE A REPLY