Les droits des passagers face aux grèves du personnel d’Air France

Les préavis de grève se multiplient un peu partout, et le secteur aérien n’est pas épargné. Ainsi, en fin de semaine dernière, les trois syndicats majoritaires de pilotes d’Air France ont appelé à un mouvement de grève du 11 au 14 juin –  en plein Euro de football. Dans la foulée, hôtesses et stewards ont fait de même pour la période du 27 juillet au 2 août.

Pris en otage, les passagers n’ont bien souvent pas connaissance de leurs droits en de telles circonstances. Ils vont échanger ou demander le remboursement de leurs billets, mais savent-ils qu’ils ont aussi droit à une indemnisation, en réparation du préjudice subi ?

Une réglementation européenne datant de 2005 stipule en effet que les passagers victimes d’un refus d’embarquement (surbooking), d’une annulation de vol ou d’un retard supérieur à 3 heures ont droit à une indemnisation de la compagnie aérienne pouvant atteindre jusqu’à 600 euros. Or, si les compagnies aériennes ont tenté de faire passer les grèves comme des circonstances exceptionnelles, la jurisprudence a statué différemment, et considéré qu’une grève du personnel était une cause imputable à la compagnie (contrairement à une grève des contrôleurs aériens par exemples).

Face au manque d’informations fournies par les compagnies aériennes sur ce sujet, et à un processus de demande d’indemnisation souvent compliqué, AirRefund propose aux voyageurs de gérer, en leur nom, l’intégralité de leur démarche d’indemnisation auprès des compagnies aériennes. Le service est conçu pour être simple et transparent : le dossier est intégralement constitué en seulement quelques clics et AirRefund ne se rémunère qu’en cas de succès.

Plus d’informations sur www.airrefund.com

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY