Les cures d’amaigrissement des avions

Selon le quotidien « Telegraph », le carburant représente 21 pence pour chaque livre sterling dépensée par les compagnies aériennes. Pas étonnant qu’elles cherchent donc constamment à réduire le poids des avions. Manuels et documentation sur tablette, chariots plus légers… les pistes sont nombreuses.

En 1987, American Airlines aurait retiré une olive à chaque salade servie à bord. Bénéfice de l’opération: une réduction des coûts de $40.000 sur un an! A l’époque déjà, on relevait que l’économie ne venait pas uniquement du coût des olives, mais également du poids en moins pour chaque avion.

Virgin Atlantic s’est équipée de verres plus fins, a retiré les assiettes les plus lourdes de son Upper Class, a opté une sélection de chocolat et de douceurs plus légère, redessiné ses plateaux-repas (ce qui a permis d’en mettre plus dans les chariots et donc d’embarquer moins de ces derniers) et réduit le choix des boissons pour les vols de nuit. Selon ses estimations, chaque livre perdue (0.45 kg) représente une économie de 14.000 gallons (environ 53.000 litres) de carburant par année.

Chez Qantas, dans le cadre des opérations directes entre Perth et Londres, la vaisselle a été dotée de nouveaux verres, services et serviettes depuis l’année dernière. Le poids a ainsi été réduit de 11%. Les chariots légers (18kg) permettent d’économiser encore davantage. Des compagnies comme British Airways et United impriment leur magazine de bord sur du papier plus léger. Pour cette dernière, l’économie représenterait un total de $300’000 par an.

Sur Thomas Cook Airlines, des chariots (1% d’économie de carburant) et des sièges plus légers ont été installés en 2014. La compagnie n’imprime par ailleurs plus de quittance pour les achats à bord, économisant ainsi le transport de 420’000 rouleaux sur l’ensemble de sa flotte. Le magazine de bord a perdu 61g et le nombre de couvertures et oreillers de rechange a été réduit.

Sur Ryanair, le magazine a adopté un format plus petit passant au A5. Selon un porte-parole, la possibilité de retirer les accoudoirs des sièges a même été étudiée, avant d’être abandonnée. Parmi les autres essais, on mentionnera Air Canada qui en 2008 a changé des gilets de sauvetage pour des flotteurs plus légers – condition sine qua non: ne le faire que sur des vols ne s’éloignant pas au-delà de 50 miles des côtes.

La même année, l’ancienne Northwest Airlines –aujourd’hui rachetée par Delta- a économisé $500.000 par an en découpant ses citrons servis dans les sodas en 16 tranches plutôt que 10. Une économie du coût d’achat, certes, mais aussi du poids transporté.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY