Les Chinois veulent aussi leur part d’or blanc!

Fosun devrait bientôt rentrer au capital de la Compagnie des Alpes, leader des remontées mécaniques sur les pistes de ski. Une arrivée vue d’un mauvais œil par les élus montagnards locaux qui en appellent à l’état.

A ce jour, la Compagnie des Alpes gère 24 sites, dont 11 grands Domaines skiables des Alpes (La Plagne, les Arcs, Peisey-Vallandry, Tignes, Val d’Isère, Les Menuires, Méribel…). Ce que l’on sait moins, c’est qu’elle est présente aussi dans 13 Parcs de loisirs (Parc Astérix, Musée Grévin, Walibi et Futuroscope) situés en France (5), en Belgique (3), aux Pays Bas, en Allemagne, en République Tchèque, au Canada et en Corée du Sud.

Et cet empire français du ski et des parcs de loisirs intéresse beaucoup le groupe Fosun, déjà propriétaire du Club Med. Selon certaines sources, il pourrait entrer au capital de la Compagnie des Alpes à hauteur de 10%.

Pour la Compagnie des Alpes, l’arrivée des Chinois est indispensable pour la survie du groupe avec ses 300 millions de skieurs potentiels et une candidature pour les Jeux olympiques d’hiver de 2022. Mais cette arrivée prochaine n’est pas du goût des élus locaux qui craignent que les futurs investissements bénéficiront d’abord aux skieurs de l’Empire du Milieu…

Campanile, Kyriad, Club Med, les Chinois rachètent tout !

Ceux-ci demandent à l’État de mettre son véto à l’opération. « La Compagnie des Alpes est une formidable entreprise. Je comprends qu’elle veuille aller sur le marché chinois, mais nul besoin d’ouvrir son capital », demande Hervé Gaymard, député Les Républicains de la Savoie, cité par France Info.

Mais l’état en a-t-il les moyens, financiers (encore?) et légaux (surtout) ? Car la Compagnie des Alpes n’entre pas dans le cadre des entreprises « stratégiques » dans lequel les investissements étrangers sont soumis à une autorisation préalable officielle. Le tourisme, seule économie non délocalisable se gargarisent les hommes politiques de tout bord… Plus si sûr!

Et l’appétit des groupes chinois pour les groupes touristiques français semblent sans limites. En moins de deux ans, les Chinois ont racheté les hôtels Campanile et Kyriad, le Club Méditerranée et sont désormais au capital du groupe Accor. Ils sont également propriétaires de l’aéroport de Toulouse-Blagnac et ont tenté de prendre le contrôle de ceux de Nice et de Lyon. Qui sera le prochain à être mangé ?

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY