Les Chinois moins nombreux
en Europe de l’Ouest cette année

Pour la première fois, plus de cent millions de Chinois ont franchi la frontière au cours des neuf premiers mois de l’année, dont un peu moins de la moitié sont néanmoins restés à l’intérieur de la « grande Chine », se rendant à Hong Kong, Macao ou Taïwan. Ces destinations sont en ce moment à la baisse mais davantage en raison, explique l’Institut chinois de recherche sur le tourisme extérieur, des actuelles frictions politiques plutôt que par une réelle baisse de la demande.

Autrement dit, plus de la moitié de ces touristes ont été plus loin, et notamment en Corée du Sud (+85 %), au Vietnam (+75 %), qui ont ainsi enregistré la plus forte augmentation au cours du troisième trimestre, alors que le Japon n’a pu tenir la croissance à… trois chiffres du nombre de ses visiteurs chinois, se contentant d’un modeste +16 %.

Le coût de l’insécurité

En revanche, en Europe, les destinations traditionnelles des Chinois qu’étaient la France et l’Allemagne, mais aussi l’Espagne, la Suisse et l’Italie, enregistrent une baisse à deux chiffres, qu’explique sans doute, sans autre précision, le climat sécuritaire, selon l’Institut chinois de recherche sur le tourisme extérieur. Car la Croatie, l’Islande, la Pologne et la Norvège ont, pour leur part, enregistré des arrivées en augmentation de plus de 20 % — mais l’Institut ne fournit aucun chiffre absolu. De même, l’Australie, la Nouvelle Zélande et les Etats-Unis.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY