Les brèves du 14 septembre 2020

Ryanair devrait pratiquement doubler le nombre d’emplois supprimés en Belgique. C’est ce que la compagnie aérienne irlandaise aurait annoncé à la CSC, le syndicat chrétien. Le nombre passerait de 84, annoncé en juillet, à 172. C’est un doublement par rapport aux plans initiaux de Ryanair. 106 membres de cabine et 66 pilotes risquent de perdre leur emploi, selon le secrétaire du syndicat chrétien CSC-ACV, Hans Elsen. (Avec L’Echo)

Selon des informations circulant sur les réseaux sociaux, American Express GBT pourrait licencier environ 30 % de son personnel outre-Manche. Les plans de réduction d’effectif donnent une indication des prévisions d’activité du voyage d’affaires l’année prochaine et dans les années suivantes. Et les prévisions d’American Express Global Business Travel (Amex GBT) n’incitent pas à l’optimisme. Notre confrère TravelMole a ainsi appris par des posts publiés sur les médias sociaux que la TMC envisageait de licencier 30 % de son personnel au Royaume-Uni. (Avec Deplacements Pros)

Qantas a intensifié ses appels à l’ouverture des frontières des États et des territoires australiens. La compagnie a lancé une pétition et espère que ses employés la signeront. La pétition du transporteur australien intitulée « Ouvrir en toute sécurité nos frontières » appelle à une définition commune de ce qui constitue un «hotspot Covid» afin de savoir quand un Etat doit fermer ses frontières. Qantas affirme avoir licencié plus de 20 000 employés depuis avril « en raison de la fermeture des frontières » : un chiffre catastrophique et qui cause de nombreux drames sociaux. (Avec Business Travel France)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY