Donald Trump a réitéré, lors du dernier sommet de l’APEC (Asia-Pacific Economic Cooperation), sa décision de se retirer de l’accord de libre-échange avec les pays d’Asie-Pacifique. Cette décision a incité 11 pays d’Asie de trouver un nouvel accord de libre-échange. La Chine a démontré sa volonté d’échange en passant une commande géante à Boeing…

Le président Trump semble laisser le leadership mondial à la Chine

Peu de temps après son entrée en fonction, le président américain avait en effet décidé du retrait des Etats-Unis de l’accord de partenariat transpacifique (TPP), le plus grand projet de zone de libre-échange jamais conclu.

Cet accord devait représenter un contrepoids à l’influence de la Chine. Lors du dernier sommet de l’APEC au Vietnam, Trump a confirmé sa position alors que le président chinois Xi Jinping affirmait renforcer sa politique de libre-échange.

Le renoncement des Etats-Unis force onze pays à se rassembler

Onze pays d’Asie-Pacifique ont signé un nouvel accord de libre-échange sans les Etats-Unis dont le Japon, la Malaisie, l’Australie et le Mexique. D’autres pays sont en discussions pour rejoindre ce groupe. Dans tous les cas, la Chine sort renforcer par la position de Trump.

Trump a été reçu avec faste en Chine

Selon les différents médias américains, les Chinois n’ont fait aucunes concessions importantes et à aucun moment non plus Trump n’a marqué sa désapprobation face à leur réponse. Le président américain aurait permis de signer pour 250 milliards de dollars de contrats.

ll y a, en effet, beaucoup de bruit pour pas grand-chose autour des 250 milliards de dollars annoncés. La plupart des contrats n’ont rien de neuf. Ces accords étaient déjà quasiment signés. Donald Trump n’aura décroché la timbale avec ces contrats, qui correspondent à des importations traditionnelles chinoises.

On remarque surtout la commande de 300 appareils auprès de Boeing

Boeing et « China Aviation Suppliers Holding Company » (CASC) ont signé un accord portant sur une commande record de 300 avions pour un montant de 37 milliards de dollars. Les 260 B737 et 40 B787 et 777 seront destinés aux compagnies chinoises. Dans tous les cas, la Chine va avoir de grands besoins aériens dans les prochaines années. Boeing et Airbus profiteront de cette manne.

On comprend mieux les déplacements des premiers ministres de Malaisie et de Singapour avant le sommet de l’APEC qui étaient destinés à protéger leurs partenariats avec les américains. Aujourd’hui, le doute a dû s’installer !

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY