Les aides de l’État: concurrence faussée dans le transport aérien !

Quelle est la compagnie aérienne qui représente le pavillon national et qui ne reçoit pas d’aides ? La plupart vont recevoir des aides massives et certaines ne le méritent vraiment pas. Mais pourquoi aider toutes ces compagnies aériennes dont les états sont actionnaires directement ou non.

Les compagnies aériennes … c’est bon pour l’emploi

Il est clair qu’une grande compagnie aérienne emploie beaucoup de personnel (mécaniciens, pilotes, personnel commercial, personnel d’accueil…). Il y a un grand nombre d’entreprises qui œuvrent autour comme les constructeurs aéronautiques, les aéroports, les entreprises de restauration, les sociétés de duty-free…

Selon le directeur général de l’IATA, l’aviation fournirait actuellement 58 millions d’emplois et contribuerait à environ 2,4 billions de dollars de PIB. Cela devrait atteindre 105 millions d’emplois et 6 billions de dollars de PIB en 2034.

Quand les grands avalent les petits

Depuis plusieurs années, les petites compagnies ont été rachetées pour former de grands groupes en Europe comme IAG, Lufthansa. Air France-KLM est considéré comme un groupe même si les relations entre les deux compagnies restent floues.

Par ailleurs Air France a avalé de nombreuses compagnies sans véritablement devenir plus forte. On pense à Air Inter, UTA, Regional, Britair …

Avec la crise du Covid-19, ces grands groupes réclament de l’aide

La plupart des compagnies aériennes réclament de l’aide aux gouvernements. Encore une fois, il s’agit principalement des plus importantes qui sont au bord du précipice. Le groupe Lufthansa est en pleine déroute et Air France-KLM proche du précipice.

Lufthansa et Air France-KLM vont gagner le gros lot

Lufthansa disposait du plus de 4 milliards d’euros de liquidités mais s’apprête à demander 10 milliards aux autorités. Air France – KLM va obtenir un prêt qui se situe entre 9 et 11 milliards d’euros.

En fait 7 milliards d’euros seront apportés à Air France dès début mai dont 4 milliards d’euros de prêts bancaires garantis par l’État à 90 % ; d’autre part, une avance d’actionnaire par l’État de 3 milliards. KLM doit aussi bénéficier de son côté d’aides de la part de l’État néerlandais. On parle de 2 à 4 milliards. On en saura plus dans quelques semaines.

Les compagnies vont devoir s’engager dans un plan d’économie

Il faut noter que le groupe Lufthansa a pris différentes mesures pour réduire les coûts. Par exemple, au début du mois, elle a déposé le bilan de sa filiale «low-cost» Germanwings qui travaillait pour le compte d’Eurowings.

Lufthansa va se débarrasser de plus de 40 appareils sur plus de 750 que compte le groupe. Air France devrait revoir sa copie sur son réseau domestique. On évoque la réduction des vols de HOP. Les lignes au départ d’Orly pourraient être transférées à Transavia. Il est à parier que les syndicats vont sûrement réagir …

Pendant ce temps les autres doivent se débrouiller

Le paysage aérien français s’est déjà fortement réduit ces derniers mois avec la disparition de XL Airways et Aigle Azur. Air Caraïbes et French Bee vont affronter la crise et les dirigeants déplorent le soutien que prévoit le gouvernement à Air France-KLM.

Corsair doit également se débrouiller. La compagnie aérienne a décidé du plan de mettre à la retraite ses trois 747-400 en septembre 2019.

La compagnie va les remplacer par des A330 et bénéficiera donc d’une flotte unifiée avec Airbus.

Il faut espérer que la concurrence pourra perdurer

En France comme en Belgique, il faut bien admettre que sans des concurrents comme Ryanair ou easyJet, les voyageurs auraient droit à des tarifs bien plus élevés. Il semble d’ailleurs que Ryanair devrait déposer plainte à la Commission Européenne pour les avantages accordés par les états allemands et français …

Les consommateurs comme les professionnels du tourisme ont besoin de cette concurrence au risque de payer bien plus cher les billets d’avion !

Ryanair a raison de se plaindre ?

Notre collègue et expert « Baltha » a écrit un excellent article sur le « chantage » de Ryanair envers les aéroports :  Il est juste de dire que Ryanair fait du chantage ….

Scandaleux, inacceptable pour les aéroports … mais quand on se place du côté client, on peut se dire que la compagnie irlandaise cherche à compresser les coûts pour offrir aux passagers le meilleurs prix du marché. Ryanair se bat avec ses armes. D’ailleurs, la compagnie ne vole toujours pas au départ d’Orly ou CDG car les prix sont trop élevés.

Ces compagnies qui se plaignaient de Qatar Airways, Emirates…

Il est évident que l’on ne va plus entendre pendant longtemps les plaintes habituelles des transporteurs européens envers leurs homologues du Golfe. Qatar Airways et Emirates ont sûrement déjà reçu des aides pour passer cette crise et personne ne pourra leur reprocher.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

  1. Pas possible, on devrait remmercier Ryanair ???
    Et quoi encore???
    Ils n’ont pas à faire pression sur les aéroports, souvent encore partiellement propriété publique, pour réduire leur coûts. Ils sont déjà les moins chers du marché, alors pourquoi devoir encore réduire les coûts, et pousser les sociétés de gestion aéroportuaires dans des chiffres encore plus rouges ?

    Si tant de sociétés aériennes ont fait faillite ces derniers temps et si tant d’autres sont au bord du gouffre, ne sachant pas surmonter 3 mois, alors une seule conclusion s’impose: les prix de ces dernières années étaient bien trop bas et il est urgent que les prix augmentent!
    Un peu de concurrence c’est bien, mais trop de concurrence, non!

    J’ai beau être consommateur, je n’ai aucun problème à ce que le prix des billets augment, si cela permet aux compagnies de se refaire des réserves financières…

    Et si PagTour pouvait consacrer un article aux autocaristes, hoteliers etc, tous sont au moins aussi gravemet touché que les compagnies aériennes.
    Et au niveau mondial, je suis certain qu’il y a autant de travailleurs chez les hôteliers d’une part et chez les autocaristes d’autre part que dans l’aviation…

LEAVE A REPLY