Les agents de voyages dans le conflit du Haut Karabagh !

Curieux courrier que celui reçu ce lundi 7/11, et destiné à toutes les agences de voyages à Bruxelles. Pourquoi pas ailleurs, on l’ignore.

Le courrier émane de l’Ambassade de la République d’Azerbaïdjan auprès de l’U.E. Il informe que la « Fédération Euro-Arménienne pour la Justice et la Démocratie organise à Bruxelles du 16 au 19 Novembre des événements pour promouvoir le potentiel touristique de la soi-disant République du Haut-Karabakh ».

Loin de nous l’idée de nous mêler d’un conflit qui ne nous regarde pas, mais nous déplorons qu’on nous y invite, sans notre consentement.

Rappelons quelques faits. Lors de l’éclatement de l’empire soviétique, deux républiques distinctes sont formées dans l’extrême sud de l’ancien territoire : l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Mais une région (11.000 km² environ), toute incluse dans l’Azerbaïdjan mais proche du territoire arménien, occupée par 80% d’Arméniens, réclame aussi soit son indépendance, soit son rattachement à l’Arménie : c’est le Haut-Karabagh, république auto-proclamée.. Rien n’y fait, l’administration russe à Moscou dessine les nouvelles cartes, il n’y a pas à discuter.

Mais en Belgique on sait bien que les problèmes de territoires et de langues sont des sources infinies de conflits. Et voilà donc que l’Azerbaïdjan prie les agents de voyages de Bruxelles (pas les autres) de ne pas assister à ces événements. Lesquels, on peut le supposer, entrent plus ou moins dans le cadre d’une promotion –ou d’une propagande- faite à la suite de l’annonce d’une ligne Brussels Airlines entre Bruxelles et Erevan dès le printemps prochain.

Le tourisme est et devrait toujours rester le plus bel outil de paix entre les hommes et les nations qui les gouvernent. Sans prendre parti dans un conflit assez lointain et qui n’est pas le nôtre, nous regrettons que les agents de voyages bruxellois soient impliqués, et forcés en quelque sorte à faire un choix.

C’est désolant, parce que dans ce cas précis, ce n’est pas la république auto-proclamée du Haut-Karabagh qui est pointée du doigt, mais celle d’Arménie qui est accusée de tous les maux. Messieurs, de grâce, laissez-nous en-dehors de ce conflit, n’en créez pas là où ce n’est pas nécessaire ! Nous avons les nôtres, que nous gérons plus ou moins pacifiquement.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY