Les actions de Thomas Cook et TUI à la baisse

Les spécialistes du monde de la finance paraissent inquiets sur les grandes entreprises du tourisme. Les actions de TUI comme Thomas Cook ont baissé dernièrement sur le marché de Londres. Les raisons citées par les économistes semblent plutôt réalistes.

Crédit Suisse abaisse ses recommandations sur Thomas Cook

Crédit Suisse a abaissé sa recommandation sur Thomas Cook de « surperformant » à « neutre ». Cette institution financière évoque des inquiétudes pour les perspectives de l’entreprise en 2017 et 2018.

Des préoccupations plus fortes sur Thomas Cook

La première préoccupation inclut la perspective d’une baisse des salaires au Royaume-Uni et dans le même temps, on trouve une hausse du carburant et une inflation sur les changes.

La consommation des ménages risque de baisser. Crédit Suisse a estimé que les marges de Thomas Cook au Royaume-Uni en 2018 baisseront à hauteur de 6,3% et, par conséquent, il prévoit que le bénéfice par action diminuera de 8%.

London Stock - flickrLes préoccupations sur TUI sont moins élevées

Crédit Suisse a abaissé sa recommandation sur TUI de « neutre » à « sous-performant ». Le groupe financier estime que les perspectives ne sont pas très positives. TUI est basé majoritairement sur des marchés considérés «à risques» au Royaume-Uni et en Allemagne.

Malgré une baisse de la dette de TUI de 0,8 Md € en 2016, la dette nette aurait augmenté de 1,2 Md € sur deux ans. Enfin, le retour sur le capital investi sur la croisière semble surestimé par les experts. TUI aurait déclaré 21% en 2016. Mais Crédit Suisse ne considère pas cela comme exact. TUI Cruises est une co-entreprise. Les experts de la banque considèrent le chiffre à 9%.

La progression des low-cost aura un impact certain

En Allemagne, la croissance du transport aérien a progressé de 6% et surtout les compagnies low-cost s’installent sur les axes touristiques clés. On peut évoquer Ryanair sur l’aéroport de Francfort. La compagnie irlandaise va desservir des stations balnéaires importantes, notamment en Espagne.

Certains clients risquent de se passer du package pour réserver directement leur transport et leur hébergement. Les autres pays comme la France ou la Belgique sont également concernés. Même si les TO négocient des blocs sièges avec les low-cost, ils devront prendre en compte cette nouvelle donne. Les agences on-line proposent depuis longtemps des offres avion + hôtel (non packagées). A suivre …

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY