Le voyage en avion a 100 ans : la métamorphose de l’aviation au cours du siècle dernier

Cette année, British Airways fête son centenaire. Depuis, beaucoup de choses ont changé. Souvent en mieux… et parfois en moins bien.

Porcelaine fine, compartiments fumeurs et pas une tong ni un legging en vue, comme vous le diront ceux qui s’en souviennent, quelques décennies ont suffi à métamorphoser les voyages en avion. Mais cela n’est rien comparé à l’évolution qu’a connu British Airways.Centenaire cette année, la compagnie aérienne était connue sous le nom d’Air Transport & Travel lorsqu’elle a effectué le premier vol commercial au monde depuis Hounslow Heath vers Paris, le 25 août 1919. Depuis lors, la compagnie aérienne a opéré sous différents noms (dont BOAC, Imperial Airways et BEA) et a connu de nombreux changements (y compris le succès – et l’arrêt – du service supersonique Concorde) mais, au bout du compte, elle a toujours évolué pour répondre aux besoins des voyageurs contemporains.Aujourd’hui, un avion British Airways décolle quelque part dans le monde toutes les 90 secondes, en chemin vers l’une des 200 destinations de la compagnie dans plus de 75 pays.

Pour commémorer cet important anniversaire, British Airways investit 6,5 milliards de livres dans de nouveaux développements et lancements au cours des cinq prochaines années avec, entre autres, de nouveaux uniformes de créateur, l’ouverture de nouveaux salons d’aéroport, des cabines revisitées et la mise à jour de ses infrastructures technologiques.

C’est également le moment de célébrer le passé de la compagnie aérienne, remarque Alex Cruz, Président et CEO de British Airways. « Notre histoire a fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui, notre centenaire est donc le moment idéal pour revisiter notre héritage et le paysage aérien britannique » dit-il.

Voici donc un aperçu de ce que voler avec BA signifiait par le passé et un avant-goût de quelques nouveautés à venir cette année.

Gastronomie

Avant : La gastronomie a toujours été une priorité pour British Airways. A l’époque, on pouvait trouver de la langue de bœuf et des pêches Melba au menu des vols de la fin des années 30 ; dans les années 50, on dégustait du homard à la mayonnaise et des banana splits dans les toutes premières cabines de Première Classe et, pour le menu spécial de Noël 1987, la compagnie aérienne a servi un rôti de bœuf traditionnel accompagné de Yorkshire pudding.

Les tendances culinaires faisaient également partie de l’expérience : en 1986 par exemple, le programme ‘La Cuisine du Ciel’ proposant des plats continentaux plus légers a été lancé dans les trois cabines, suivi par l’introduction d’options plus rapides et plus simples pour les vols de nuit vers la fin des années 80, et des menus plus sains dans les années 90 (ceux-ci sont encore disponibles aujourd’hui).

La présentation des plats avait également son importance : les flacons en argent étaient la norme des années 60 aux années 80 (ils ont dû être remplacés car trop de passagers les emportaient comme souvenirs), ainsi que les verres en cristal, la porcelaine Royal Doulton, le linge de table blanc à rayures Regency, les verres à vin à pied torsadé et les flûtes à Champagne.

Aujourd’hui : En plus d’offrir aux passagers de Club World et à ceux de Première Classe des repas complets avant leur vol dans les salons d’une sélection d’aéroports autour du monde (une très bonne manière de maximiser son temps de sommeil durant le vol), BA a mené des études approfondies sur la façon dont les papilles gustatives perçoivent le goût à haute altitude, afin de préparer des repas qui soient les plus savoureux possibles en vol.

Élaborés par des chefs à partir d’ingrédients de saison, les menus Business et Première Classe des vols long courrier actuels offrent des choix comme des salades de quinoa et d’edamames, du cabillaud issu de la pêche durable avec du curry d’aubergine et de la crème renversée à la vanille préparée au four, tout cela accompagné de vins de qualité.

Les nouveautés de cette année sont le service de restauration Do&Co, proposé dans les trois cabines, ainsi que des menus à la carte et un « Afternoon Tea » en Première Classe. Ces deux dernières options sont présentées dans un service en porcelaine tendre, créée spécialement pour la compagnie aérienne par la marque de vaisselle britannique William Edwards, et des verres conçus par Darlington.

Style

Avant : Il y a bien longtemps, lors des tout premiers vols commerciaux, les équipages et le personnel de cabine ne comprenaient aucun membre féminin. Tout le service à bord était exécuté par des hommes portant des uniformes de style militaire.

Mais dès les années 40, les hôtesses de l’air étaient devenues la norme et les stylistes créaient pour elles des uniformes mettant en avant le glamour et l’élégance, avec des vestes très cintrées et des cols roulés, des chapeaux à cocarde et de longues jupes à plis simples rappelant le New Look popularisé par Dior à l’époque.

Au cours des décennies, les agents de bord BA ont porté un éventail de tenues reflétant à la fois les tendances de mode et les développements de la compagnie aérienne (comme des itinéraires spécifiques ou de nouvelles couleurs de marque).

En 1967 par exemple, le designer Hardy Amies – l’ancien couturier de Son Altesse Royale la Princesse Elizabeth avant qu’elle ne soit couronnée Reine – a créé un look inspiré du « jet-age » composé de jupes bleues marines plus courtes (dans la lignée des tendances des Swinging Sixties) et d’un pardessus rouge assorti aux ailes des nouveaux avions BEA.

La même année, sur les itinéraires de New-York aux Caraïbes, les agents de bord BOAC portaient des Paper Dresses de style pop art imprimées de fleurs violettes et de feuilles vertes, assorties à des mules vertes incrustées de bijoux et des gants blancs. (Ne vous inquiétez pas, elles étaient non inflammables).

En 1985, deux ans avant la privatisation de la compagnie aérienne, le couturier français Roland Klein créait un look plus sévère composé d’une jupe grise, d’une chemise à rayures rouges, bleues et grises, d’une veste en laine bleu marine et d’un chapeau ‘pillbox’ bleu marine pour les femmes. Les hommes portaient des costumes bleu foncé à double boutonnage et tresse en platine.

Aujourd’hui :  Pour sa dernière collaboration avec un designer qui verra le jour cette année, BA a choisi Ozwald Boateng, expert en sur mesure de Savile Row et ancien directeur artistique de Givenchy Homme, distingué par l’Ordre de l’Empire Britannique pour son travail.

Connu pour avoir doté la couture classique anglaise d’un twist contemporain, Boateng prend très au sérieux la création d’une collection d’uniformes pour 32 000 employés. Il collabore avec les employés eux-mêmes pour le développement et le processus de test et suit les membres du personnel pour mieux comprendre leurs attentes concernant les mouvements et la performance des vêtements.

Évidemment, le style sera le facteur le plus important, selon Boateng. « J’ai hâte de prendre un uniforme et de le développer en collection » dit-il. Bien que les détails soient gardés sous silence d’ici au lancement plus tard dans l’année, attendez-vous à ce que les nouveaux styles reflètent les couleurs de la compagnie aérienne – et la prédilection de Boateng pour le sur-mesure.

A bord

Avant : Malgré le faste des services proposés, les cabines de l’Âge d’Or n’étaient pas si confortables, ni novatrices. C’est quelque chose que BA a commencé à changer dans les années 90. Le lancement des nouvelles cabines première classe en 1991 incluait des tissus plus confortables pour les sièges, et les lits totalement inclinables – les premiers du genre dans tout le secteur – ont été introduits en 1995.

D’autres innovations passées incluent la disposition des sièges en chevrons dans les cabines Club World, ce qui permettait à deux passagers voyageant ensemble de s’asseoir l’un à côté de l’autre pour une atmosphère plus intime, ainsi que des pyjamas, des trousses de confort créées par des designers britanniques et des produits de marques.

Aujourd’hui : BA a récemment dévoilé la configuration 1-2-1 des cabines Business et les nouveaux sièges Club Suite qui bénéficient chacun d’un accès direct au couloir, d’une porte pour plus d’intimité et de lits complètement inclinables, de 40% en plus d’espace de rangement, d’un lavabo et d’un miroir, de WiFi, d’écrans de 18,5 pouces permettant d’accéder à plus de 1000 heures de programmes HD. Pendant ce temps en Première Classe, le service de nuit a été amélioré avec du linge de lit 400 fils et des surmatelas en fibre de mousse, ainsi que de nouvelles tenues d’intérieur pour hommes et femmes et des accessoires créés par les marques britanniques Temperley et Elemis.

Technologie

Avant :  Depuis son premier vol en 1919, British Airways a été à l’origine de multiples innovations et a posé de nombreux jalons dans l’industrie aéronautique, notamment en lançant le premier service de jets commerciaux en 1952 ; en effectuant le premier vol transatlantique à turboréacteurs entre Londres et New York en 1958, en adoptant l’atterrissage automatique en 1965 ; et en exploitant le premier service supersonique commercial, le Concorde, en 1976. Ajoutez à cela l’introduction des premiers sièges entièrement inclinables dans les années 90 et il devient clair que la compagnie aérienne s’est toujours évertuée à définir de nouveaux standards en matière de transport aérien.

Aujourd’hui : Dans le cadre des investissements actuels, de nombreux avions seront équipés d’une connexion Wi-Fi haut-débit et de prises de courant à chaque siège, et la compagnie aérienne prendra livraison de 72 appareils flambant neufs, y compris des A350 avec réduction des niveaux de bruit, éclairage ambiant, une meilleure humidification de l’air et encore d’autres optimisations du bien-être des passagers.

Mais nombres des avancées techniques de BA se trouvent au sol. Avec près de 145 000 clients effectuant chaque jour des vols sur ses avions, BA investit activement dans les avancées technologiques et l’automatisation afin d’améliorer l’expérience des passagers et d’assurer la ponctualité des vols.

C’est notamment la première compagnie aérienne britannique à introduire la biométrie automatisée, avec par exemple l’introduction de la reconnaissance faciale sur les portes d’embarquement en libre-service des vols domestiques, réduisant ainsi de moitié le temps d’embarquement.

Certains vols internationaux bénéficient également de ces innovations, avec la reconnaissance faciale sur smartphone, ou encore une intelligence artificielle avant-gardiste permettant aux passagers à Los Angeles, Orlando et New-York de monter à bord en utilisant uniquement leur visage – aucun passeport requis.

Enregistrement des bagages en self-service, remorqueurs télécommandés Mototok de haute technologie aidant les avions à reculer plus rapidement et bien d’autres nouvelles technologies sont également déployées à plus large échelle.

Tout cela soulève la question : à quoi ressemblera le ciel pour BA dans un autre siècle ?

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY