Le tourisme gay, un marché à ne pas négliger

Il faut bien reconnaître qu’en France ou en Belgique, les professionnels évoquent peu le tourisme gay. Il y a quelques agences qui ont compris l’intérêt de cibler cette clientèle. Si les hôteliers français sont peu ouverts sur ce segment alors qu’en Espagne, beaucoup font de l’or avec cette clientèle. Nos amis anglo-saxons n’ont pas autant de pudeur et considèrent les gays comme une cible d’une haute importance.

Un marché à plus de 200 Mds €

Le World Travel Market (WTM) à Londres est un partenaire de longue date du tourisme LGBTQ (Lesbienne, Gay, Bi, Transsexuel, Queer). C’est la quatorzième année que la société d’études « Out Now » a pu montrer à l’industrie touristique comment réussir en comprenant mieux les besoins des voyageurs LGBT.

De la même façon, ITB à Berlin accueille depuis plusieurs années un pavillon, réservé aux prestataires gay ou gay friendly. Il est dommages qu’IFTM (TopResa) ne propose rien.

A ce sujet, Jean Pierre Leclerc, un professionnel qui s’occupe du réceptif de nombreux étrangers en France à publier une lettre ouverte pour regretter l’absence d’offres sur ce segment.

Le tourisme gay largement présent sur ITB et WTM

ITB comme WTM accueillent des partenaires prestigieux qui assurent la promotion du tourisme LGBT. On peut citer Visit Mexico, Hilton Hotels, Lufthansa, Visit Berlin, Stockholm Visitors Board, Visit Helsinki, VisitBritain. ITB a eu cette année de nouveaux exposants qui reflètent clairement la dynamique du marché gay.

Parmi eux, la Thaïlande, New York, Bilbao Tourisme, le Costa Rica, la Colombie. De nombreux exposants ont annoncé leur retour, parmi eux Aspen, la région de Valence, Fort Lauderdale, l’Argentine et même le Gran Via Hôtel à Kyoto.

L’Espagne est la gagnante du tourisme gay en Europe

Les îles Canaries ont largement remplacé Mykonos depuis ces dernières années. La Grande Canarie est devenue la Mecque gay pour les Européens amoureux du soleil et de la fête.

Maspalomas possède de nombreux hôtels appartenant à des gays, un centre commercial géant contenant pas moins de deux douzaines de bars gays, et une plage gay nue animée et festive. On ne peut oublier bien sûr Barcelone et la plage de Sitgès qui sont devenus des lieux incontournables l’été.

Des surprises parmi les destinations lointaines

Les États-Unis attirent toujours et particulièrement la Californie. Depuis que les australiens ont voté pour légaliser le mariage homosexuel, le tourisme gay a fait un bond vers cette destination. Sydney est incontestablement la destination en vedette. La ville foisonne de bars, de spectacles et de plages pleines de gars en « speedos ».

Mais une destination est en train de devenir importante, c’est Seoul en Corée du Sud. En 2000, Seoul a accueilli son premier « Korea Queer Culture Festival » et 50 personnes s’étaient présentées. En été 2017, l’événement a attiré plus de 50 000 personnes. Ces chiffres montrent une force croissante dans la population LGBTQ.

Paris va accueillir les « Gay Games » en Août prochain

Du 4 au 12 août prochain, Paris accueillera la 10e édition des « Gay Games ». Ce rendez-vous sportif est né en 1982 à San Francisco et qui se déroule tous les quatre ans.

15 000 participants venus de 70 pays sont attendus sur 36 sports retenus. Anne Hidalgo, maire de Paris a dit : « Nous devons être plus visibles, audibles, entreprenants et audacieux », lors de la remise d’un rapport recensant quelque 52 recommandations pour mieux accueillir les LGBT.

Il faut bien reconnaître que ce sont beaucoup de mots et peu d’actions réelles. Les professionnels du tourisme ne sont pas vraiment associés et d’ailleurs ne font que peu d’efforts vis-à-vis de cette clientèle. C’est dommages !

La journée mondiale contre l’homophobie

Le 17 mai était la date de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie. UNIA était bien présent sur les réseaux sociaux.

Vous ne connaissez toujours pas UNIA ? : « Quiconque en Belgique se sent discriminé ou est témoin de discrimination peut s’adresser à Unia pour s’informer de ses droits et être accompagné dans la recherche d’une solution. Unia mène également des campagnes en faveur de l’égalité des chances et la lutte contre les discriminations. Il adresse aussi des recommandations aux autorités et produit des outils, des publications et des statistiques ».

Il y a encore beaucoup à faire pour que cela bouge !

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY