Le Printemps : des fermetures de magasins et d’agences !

Comment n’avoir pas été triste d’entendre la décision du groupe Printemps. La célèbre enseigne va fermer au moins quatre grands magasins et trois Citadium. Plusieurs centaines de salariés vont perdre leur emploi. Les agences de voyages du Printemps vont subir un choc.

Le Printemps, un acteur historique du commerce

Le Printemps, c’est un acteur majeur de l’histoire du commerce en France, avec des premières lignes écrites en 1865. Jules Jaluzot et Jean-Alfred Duclos sont à l’origine du Printemps. Ils choisissent de fonder leur magasin dans un espace encore peu urbanisé mais promis à un grand développement : le quartier de la Chaussée-d ‘Antin.

En 1904, le Printemps subit une grave crise économique et c’est Gustave Laguionie qui lui succède et annonce la construction d’un deuxième magasin (l’actuel magasin Printemps Haussmann (Printemps de la Femme).

En 1972, le groupe Maus Frères prend le contrôle du groupe Printemps, puis en 1977, Jean-Jacques Delort est à la tête d’une nouvelle équipe dont le but est de redresser la situation fâcheuse du Printemps due à un contexte économique morose. De nouvelles activités sont développées ou renforcées : l’alimentaire (Disco), l’habillement (Armand Thiery) et la vente par correspondance (La Redoute).

Dans les années 1980, les grands magasins Printemps s’ouvrent au monde, en conviant leurs clients à diverses expositions thématiques et culturelles. Le magasin ouvre des succursales jusqu’au Japon en passant par Istanbul, Djeddah, Dubaï, Singapour, Tokyo et Kuala Lumpur.

François Pinault reprend le Printemps en 1991

François Pinault acquiert le groupe Printemps, puis fait fusionner son propre groupe avec le Printemps, qui prend alors le nom de Pinault-Printemps, composé d’enseignes telles que Conforama, Prisunic, La Redoute, puis en 1994, la Fnac.

Le Printemps se concentre alors sur cinq univers forts : la Beauté, l’Art de vivre, la Mode, les Accessoires et l’Homme. En 1995 commence la rénovation complète des six étages du Printemps de la Mode. 20 000 m2 sont remodelés de fond en comble durant deux ans. Puis en 1997, un étage Luxe est créé et rassemble les marques les plus prestigieuses du monde du luxe.

Le magasin parisien Brummell, spécialisé dans la confection homme, est rénové et devient Le Printemps de l’Homme en septembre 1999. Les années 2000 voient se multiplier les activités, avec l’ouverture de la boutique Printemps Design au Centre Georges-Pompidou, et l’intégration d’un pôle sport regroupant les enseignes Made in Sport et Citadium.

En 2006 Pinault cède le Printemps à des italiens … qui le cède aux qataris …

En 2006, le groupe PPR cède le Printemps au fonds immobilier RREEF, associé au groupe italien Borletti pour plus d’un milliard d’euros. En mars 2013, le groupe Borletti annonce une négociation exclusive avec le fonds luxembourgeois « Divine Investments », ou « DISA », composé d’investisseurs qataris dont Mayapan, le fonds personnel de l’émir du Qatar, pour l’entrée majoritaire à son capital et l’acquisition des parts de RREEF9.

Une restructuration qui secoue à nouveau le secteur de la mode

L’annonce de cette restructuration secoue tout le secteur de la mode et du luxe et est aussi ressentie comme un choc au niveau local où ces fermetures pourront affecter les équilibres commerciaux. Le groupe va fermer un quart de ses points de vente en France d’ici à 2022.

Au total ce sont 7 de ses 27 points de vente en France qui vont baisser leur rideau dans les deux prochaines années. Soit quatre grands magasins Printemps sur dix-neuf (Paris Place d’Italie, Le Havre, Strasbourg, Metz), et trois de ses huit unités Citadium (Paris Champs-Élysées, Paris Nation situé dans le Printemps Nation et Toulon).

Sur le plan humain, 428 postes au total sont concernés selon la direction du groupe, incarnée depuis début octobre par Jean-Marc Bellaiche, qui remplaçait Paolo de Cesare, parti en mars dernier. Des salariés à qui des mesures seront proposées, annonce le groupe, qui explique viser un redéploiement. Une première réunion concernant le plan est annoncée pour le 20 novembre.

Plus d’emplois menacés

Hormis le personnel du Printemps, l’essentiel du personnel de vente est du personnel extérieur salarié par les marques qui exposent dans les grands magasins. Pour le moment, le syndicat évalue à environ 600 le nombre total d’emplois en danger.

Parmi les magasins qui ferment :

  • Printemps – Le Havre

Le magasin du Havre a connu plusieurs vies. Inauguré en 1928, ce point de vente de centre-ville a été reconstruit en 1954 par l’atelier d’Auguste Perret suite aux bombardements de la seconde guerre mondiale.

Ce bâtiment semi-circulaire en béton armé fait aujourd’hui partie de la zone de Protection du Patrimoine Architectural du Havre. Situé à l’entrée du centre commercial Coty, il se déploie sur 3.350 mètres carrés et emploie près de 60 personnes en tout.

  • Printemps – Place d’Italie, Paris

Situé dans le centre commercial Italie Deux, dans le XIIIe arrondissement de la capitale qui se présente comme le deuxième centre commercial de la capitale, ce vaste magasin de 5.940 mètres carrés comprenant deux niveaux a ouvert ses portes en 1976. Pas moins de 170 collaborateurs et démonstrateurs dans ce magasin.

  • Printemps – Strasbourg

Lieu de shopping du cœur de la ville alsacienne depuis 1979 (1-5 rue de la Haute-Montée), le Printemps Strasbourg a été entièrement repensé en 2013, présentant depuis lors une enveloppe moderne d’aluminium et de verre. Les sept étages du bâtiment abritent au total 7.000 mètres carrés de surface de vente, et font travailler environ 200 salariés Printemps et démonstrateurs des griffes

  • Printemps – Metz

Inauguré en 1974, le magasin de Metz se déploie sur 6.000 mètres carrés et quatre niveaux situés sur une artère très commerçante, au 10 rue Serpenoise, artère majeure de cité mosellane. Rénové en 2006, le point de vente emploie environ 120 collaborateurs Printemps et démonstrateurs.

  • Citadium – Paris Champs-Élysées

L’enseigne street et jeune du groupe Printemps a installé en 2017 un magasin de 1.660 mètres carrés sur trois niveaux, au numéro 65 de la célèbre artère parisienne. Même si le bailleur n’est autre que son propriétaire qatari, Citadium y paie un considérable loyer (3 millions d’euros annuels déclarés lors de son ouverture), qui nécessite de générer un fort trafic pour espérer atteindre la rentabilité.

A son inauguration, le point de vente visait quatre millions de visiteurs chaque année et se donnait trois ans pour être à l’équilibre. L’objectif n’a donc pas été atteint par ce point de vente qui compte 55 employés au total.

Et Printemps Voyages ?

Nous avons tenté de joindre Angelique Quehen, Directrice Printemps voyages. Nous n’avons reçu aucune réponse ! Printemps Voyages est implanté dans les magasins :  PARIS HAUSSMANN – VELIZY – NATION – Italie – PARLY – MARSEILLE – LYON – TOULON – RENNES – LILLE – STRASBOURG.

Il y aurait donc au moins deux agences impactées. Nous ne connaissons pas encore la stratégie des magasins du Printemps concernant le secteur du voyage ; mais nous savons que les grand de la distribution comme Auchan ou Casino ; ils ont préféré déléguer à d’autres entreprises les agences ou la vente à distance.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY