Le PDG de TUI semble se réjouir malgré le massacre social !

Fritz Joussen, patron de TUI a indiqué : « Nous avons beaucoup d’expérience dans la gestion de crise. Nous maîtrisons avec succès. Le groupe TUI en sortira plus fort sur le long terme, économiquement, et de façon encore meilleure qu’avant la pandémie ». Croyez-vous qu’il soit possible de lui faire confiance ?

Un chiffre d’affaires en forte baisse et des pertes financières gigantesques

Le groupe allemand aurait enregistré une perte nette de 2,3 milliards d’euros au cours des trois premiers trimestres de son exercice 2019-2020, sept fois plus qu’un an auparavant. La pandémie est, bien sûr, responsable de ces pertes….

Selon les données de l’entreprise, le chiffre d’affaires a fortement baissé au cours des neuf premiers mois de l’année en cours, qui a débuté en octobre, à 6,7 milliards d’euros (-41,2%). De même, le groupe a estimé l’impact négatif de la pandémie sur son résultat opérationnel à 1,9 milliard d’euros.

Fritz Joussen se réjouit d’avoir agi rapidement

Le groupe souligne avoir agi rapidement depuis le début de la crise dès le mois de Mars. TUI aurait redémarrer ses activités pour l’été, de manière responsable « en collaboration avec le gouvernement et les partenaires ». Frits Joussen ajoute : « Nous avons considérablement réduit nos coûts et de cette manière, nous avons renforcé notre position sur le marché ».

Massacre social

En Grande-Bretagne et en Irlande, 166 points de vente seront fermés et certaines seront transférées vers du travail à domicile. Il y aura tout de même 900 licenciements ? Cela signifie que le réseau d’agences de voyages de TUI sera réduit à 350 agences.

Mercredi 17 juin, la direction du groupe TUI France annonçait la suppression de 583 postes dans l’entreprise, soit 2/3 des effectifs. Le réseau d’agences et certaines activités vont être fermées ou réduites. Il faut souligner que le patron France, Monsieur Van De Velde, dirige l’entreprise du Maroc, où il réside. Entre la France, le Royaume-Uni et TUIFly, le groupe devrait supprimer 8 000 emplois.

Fritz Joussen n’est pas mécontent

Le PDG Fritz Joussen n’est toujours pas mécontent. Les pertes du troisième trimestre ont été clairement limitées par « d’importantes réductions de coûts ».  Le patron avait indiqué que l’objectif était de couvrir les coûts de trésorerie courants au quatrième trimestre et d’atteindre ainsi un « seuil de rentabilité.

TUI a également annoncé avoir collecté plus d’argent pour l’aider à surmonter la crise des coronavirus et à faire face à l’hiver, lorsque les réservations de voyages chutent généralement.

Le groupe a conclu un deuxième contrat de prêt avec le gouvernement allemand d’une valeur de 1,2 milliard d’euros, ce qui lui donnerait un flux de trésorerie total de 2,4 milliards d’euros. Grâce aux aides d’État, le groupe disposerait de fonds et de lignes de crédit d’environ 2,4 milliards d’euros.

TUI espère toujours progresser dans son offre numérique

Le groupe annonce depuis plusieurs années vouloir devenir une grande plateforme numérique. Pour le moment, les résultats ne sont pas probants. En consultant https://www.similarweb.com/website/tui.com/#overview vous pouvez constater que la position web de TUI est à la 12 501ème place.

En Allemagne, le pays d’origine de TUI, le site est à la 530ème place. Dans la catégorie tourisme la plateforme est à la 118ème place, loin derrière TripAdvisor, Expedia, Ctrip, OuiSNCF, Kayak, Lastminute … Il y a franchement du boulot avant que TUI puisse compter parmi les sites e-travel

(Mistertravel.news)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY