Le Pays-d’Enhaut, un pays riche en émotions labellisées suisses

Au fond du village les ballons attendent d’être gonflés pour rejoindre ceux qui virevoltent déjà au-dessus de Château-d’Oex.

Chaque année en janvier, Château-D’Oex accueille le festival international de Ballons à Air chaud. Hélas, la 43ème édition qui aurait dû se tenir en 2021 a été reportée à 2022 pour cause de Covid. Nous avons eu la chance de vivre l’événement voici deux ans, alors on vous emmène prendre un grand bol d’air virtuel en attendant mieux pour reprendre la route du voyage.

Qui n’a pas rêvé de s’envoler tout comme Icare pour regarder le monde de là-haut ? A Château-d’Oex, été comme hiver, quand le temps le permet, le ciel bleu azur s’émaille de dizaines de ballons colorés qui virevoltent ce matin au-dessus d’un amphithéâtre de neige parsemé de forêts.

C’est au col des Mosses qu’on entre dans le Pays d’Enhaut et la magie opère déjà !

Cette nuit, la poudreuse est tombée et les 4 villages du Pays-d’Enhaut se blottissent sous plusieurs centimètres de neige duveteuse ; elle a décoré le pays à grands coups de pinceaux, saupoudrant de sucre glace les sapins et les branches dénudées des feuillus.

Festival international de ballons

Depuis 1979, Château-d’Oex, capitale du Pays-d’Enhaut dans les Alpes vaudoises, est devenu le rendez-vous incontournable des passionnés de montgolfières.

Les chamois statufiés sur la colline qui accueille l’église de Château-d’Oex rappelle aux randonneurs que ces animaux vivent encore dans les montagnes environnantes.

L’événement attire des pilotes du monde entier et de très nombreux spectateurs, il est exceptionnel aussi par sa durée : 9 journées qui voient se multiplier les manifestations entre vols libres et joutes amicales qui permettent aux aérostiers d’offrir aux « terriens » un véritable ballet aérien.

Les ballons qui flottent autour du clocher de l’église de Château-d’Oex perchée sur une colline offrent un spectacle de couleurs fascinantes sur ce paysage de montagnes.

Le spectacle est aussi au sol quand le météorologue et le directeur technique du festival donnent leur feu vert pour un vol. Tout va très vite alors. Les nacelles sont installées en position couchée sur l’aire de décollage, les toiles sont déroulées, un ventilateur souffle d’abord de l’air froid à l’embouchure de l’enveloppe pour que le pilote puisse y pénétrer et vérifier la toile et le cordage.

Si tout est en ordre, le brûleur est alors activé et crache des flammes qui envoient de l’air chaud dans l’enveloppe. Les ballons bombent le torse et la nacelle se relève doucement, il est temps de prendre place pour larguer les amarres sous le regard admiratif des plus jeunes comme des moins jeunes.

A deux pas du terrain de décollage des montgolfières, on peut admirer la capsule du premier essai du tour du monde du Breitling Orbiter.

Le meeting de Château-d’Oex est très populaire car il est le seul qui se tient en hiver et dans le relief très particulier d’une station de ski. Le seul aussi à montrer des ballons de formes qu’on ne voit nulle part ailleurs. L’expérience de vol en montgolfière est accessible à tous ceux qui préfèrent la contemplation aux frissons de l’extrême. Là-haut, le stress est exclu même si le voyage s’accompagne d’une part d’improvisation.

En effet, il ne faut pas compter sur un itinéraire tout tracé à bord de cet engin porté par les vents. La seule marge de manœuvre du pilote est de monter ou descendre en jouant avec la température de l’air à l’intérieur du ballon. Seul petit frisson, l’atterrissage qui conclut le vol car on ne peut jamais en prédire le lieu puisqu’il faut composer avec le dieu des vents.

Magie de l’envol de ces gros ballons qui évoquent des boules de Noël suspendues dans un décor enneigé.

En général, tout se passe en douceur, le plus souvent dans un pré, et chacun donne un coup de main pour replier la toile avant que l’équipe au sol prévenue par radio ne vienne récupérer l’équipage. Petit goût d’aventure…

Au pays de la tradition et du savoir-faire

Château-d’Oex, Etivaz, Rougemont, Rossinière, 4 villages qui racontent le Pays-d’Enhaut. Une petite communauté de 4500 habitants bien ancrés dans leur terroir pour le plus grand plaisir des touristes dont la plupart sont des … Suisses.

L’Etivaz n’est qu’un hameau de montagne sur la commune de Château-d’Oex mais c’est aussi la capitale du fameux fromage produit au feu de bois dans les chalets d’alpage.

Ici les Damounais vivent sans se presser en s’adaptant au rythme des saisons et invitent à se fondre sans façons à leur quotidien. Si Château-d’Oex a perdu une grande partie de son bâti historique lors d’incendies destructeurs, ce n’est pas le cas des autres villages. Une balade entre les belles maisons de jadis construites en madriers plonge d’emblée le touriste dans l’histoire du Pays-d’Enhaut.

Une meule d’Etivaz AOP pèse de 15 à 35 kg, est affinée de 5 à 13 mois et se conserve très bien.

L’été, quelque 70 familles paysannes sillonnent les alpages avec leur bétail. Il suffit de pousser la porte d’un des chalets pour comprendre la traditionnelle fabrication de l’Etivaz.

Ce fromage de caractère dont on retrouve déjà la trace au 12ème siècle a pris le nom de l’endroit où les paysans, bien décidés à prendre leur destinée en mains afin de contrôler toute la filière de leur production, ont aménagé des caves d’affinage qui accueillent aujourd’hui près de … 27.000 meules.

La qualité du travail fourni par ces familles regroupées en coopérative leur a permis en l’an 2000 d’être les premiers Suisses à avoir remporté l’AOC fromage d’alpage.

En hiver, les paysans se mettent au service de différentes activités touristiques hivernales ou se consacrent à l’artisanat, comme autrefois, en travaillant surtout le bois ou en s’adonnant au découpage.

A Rougemont, les habitants, quelle que soit leur langue, inscrivaient leur foi en toutes lettres gravées sur les façades de leurs maisons devenues des trésors d’art populaire.

Cette technique a été créée dans le Pays d’Enhaut par un bûcheron solitaire de la fin du 19ème siècle, le premier à célébrer, en découpant du papier, la grande fête de la montée à l’alpage.

Aujourd’hui d’autres découpeurs continuent à développer cet art minutieux en puisant eux aussi leur inspiration dans le folklore de la vie à la montagne.

A Château-d’Oex, depuis 1922, le Musée du Pays-d’Enhaut collectionne des objets qui ont accompagné les habitants de la région dans leur travail et leurs loisirs. A découvrir au fil de 15 salles véritables témoins de l’ambiance des demeures d’autrefois.

Plaisirs d’hiver

Durant la saison des frimas, le haut-plateau du pays-d’Enhaut invite d’abord à la randonnée, bottines, raquettes ou ski de fond au pied selon les conditions météorologiques. Sur le chemin balisé qui longe la Sarine, la rivière qui creuse la vallée, la balade se charge de magie.

Les Rochers-de-Naye sont une station de ski appréciée des familles. Culminant à 2042 mètres, les pistes profitent d’excellentes conditions d’enneigement dès le début de l’hiver.

La nature se partage entre des forêts bâillonnées par la neige, des cascades saisies par la glace et une rivière aux eaux bavardes. A l’écart du brouhaha des pistes, le site est baigné d’un silence profond à peine troublé par le glissement des skis, une branche qui craque, un paquet de neige qui glisse d’un sapin trop chargé, un lièvre qui détale.

Ski, snowboard, ski de fond, luge, patin à glace, raquette, autant de déclinaisons possibles pour surprendre la magie de l’hiver qui se laisse apprivoiser par ceux qui acceptent ses conditions.

Et comme le cirque blanc n’a pas de frontières, de Zweisimmen à Château-d’Oex, en passant par la Videmanette, la plus longue piste de la région avec ses dix kilomètres, on peut glisser encore et encore sur 195 kilomètres de pistes balisées.

Les inconditionnels peuvent même profiter du SuperPass qui regroupe les stations de ski de Gstaad Mountain Rides et les Alpes Vaudoises avec plus de 420 kilomètres de pistes balisées et 116 remontées mécaniques. Sauts, rails et modules pour débutants et chevronnés attendent les adeptes du free-style sur le site de la Braye, à 1650 mètres d’altitude.

Le domaine skiable des Rochers-de-Naye a la particularité d’être accessible uniquement par un train à crémaillère dont on devine le tracé au cœur d’un paysage impressionnant sur les Alpes.

Envie d’escapade ? A une quinzaine de kilomètres à peine de Château-d’Oex, à la pointe du lac Léman, Montreux, surnommée le joyau de la Riviera suisse, étire ses hôtels Belle Epoque le long de ses quais ensoleillés.

En hiver, elle est le point de départ d’une séduisante excursion en train panoramique à crémaillère jusqu’aux Rochers-de-Naye, à plus de 2.000 mètres d’altitude, bien au-delà des pâturages.

De là-haut la vue sur le lac et les Alpes suisses et françaises est vertigineuse. En hiver et même encore quand le printemps fleurit déjà à Montreux, le rendez-vous avec la neige est garanti.

Entre le belvédère des Rochers-de-Naye et la Dent de Jaman, s’ouvrent des pistes pour tous niveaux, de quoi combler les uns et les autres d’autant que le panorama y est grandiose.


Infos pratiques.

Infos : Trois sites utiles : www.pays-denhaut.ch, www.chateau-doex.ch ou www.myswitzerland.com

Le Musée du Vieux Pays-d’Enhaut à Château-d’Oex est incontournable pour les amoureux d’art populaire. Témoin d’un mode de vie révolu, il recèle de nombreux objets du quotidien d’autrefois et une importante collection de découpages sur papier

L’Espace Ballon à Château-d’Oex rassemble sous son toit toutes les connaissances liées au ballon à air chaud, d’autant que c’est de là qu’est parti le premier tour du monde en ballon réalisé par Bertrand Piccard www.espace-ballon.ch

Fromage : La Maison de l’Etivaz propose un intéressant diaporama sur l’histoire de la région et il est possible de visiter les caves et d’y faire son marché. https://etivaz-aop.ch

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY