Le patron de TUI n’est pas content de la France

Fritz Joussen, CEO du groupe TUI n’est pas très heureux des résultats de la France. Le groupe allemand a fait une série de rachats mais comme on le sait : un et un ne font pas deux.

Les résultats globaux de TUI sont bons

Le groupe TUI a augmenté son chiffre d’affaires de 5% à un peu plus de 5 Mds€ au troisième trimestre et a amélioré son résultat opérationnel sous-jacent (EBITA) de 22% à 227 M€.

Sur les neuf premiers mois de l’exercice, le chiffre d’affaires a progressé de 6,3% à 11,83 Md €, tandis que l’EBITA sous-jacent s’est amélioré de 57,7 millions d’euros à 65 M€.

La Belgique ou les Pays Bas offrent de bons résultats mais pas la France

La région centrale (Allemagne, Autriche, Suisse, Pologne), les pays nordiques, la Belgique et les Pays-Bas se sont tous bien comportés, mais les marges du Royaume-Uni ont été affectées notamment par la baisse de la livre.

La région Ouest qui comprend la Belgique, les Pays-Bas et la France a réduit ses pertes de 8,9 M€ à 25,9 M€, grâce à la croissance enregistrée en Belgique et aux Pays-Bas.

Cependant, Fritz Joussen précise que TUI connaît toujours des conditions difficiles en France. Le patron de la France, Pascal de Izaguirre n’a pas dû apprécier. Les employés non plu d’ailleurs dont une quarantaine ont effectué un débrayage…

TUI va peut-être réussir à vendre Corsair

Corsair, la compagnie aérienne qui faisait partie de Nouvelles Frontières et rachetée par TUI en 2002 a été mise en vente il y a plus d’un an. Selon des indiscrétions, les actionnaires de la compagnie aérienne chinoise Loong Airlines, ont jeté l’éponge il y a quelques semaines.

Il ne reste plus que l’offre du groupe allemand, Intro Aviation (en partenariat avec le fond d’investissement américain Cresline), une entreprise qui a géré dans le passé LTU ou Cityjet. TUI est désormais en négociations exclusives avec ce groupe.

Corsair a des difficultés avec la concurrence

Corsair a un sérieux besoin de trouver un nouvel actionnaire. Selon le journal financier, La Tribune, la compagnie devrait annoncer des pertes pour l’exercice 2017 – 2018 qui s’achève fin septembre. Sur la Réunion, Corsair a souffert de l’arrivée de French bee.

Fin août 2018, French Bee s’impose comme la troisième compagnie sur la destination avec 178 142 passagers transportés depuis le début de l’année, devancée par Air Austral et Air France mais devançant Corsair, Air Mauritius, XL Airways et Air Madagascar. Par ailleurs, cet été, un des 747 de Corsair a dû être immobilisé suite à un accrochage.

Corsair va devoir affronter Level sur les Antilles

Le groupe voit arriver un nouveau concurrent sur les Antilles avec Level, la compagnie low-cost long-courrier du groupe IAG. Autre défi, la compagnie a perdu les droits de trafic pour la desserte de Dakar au départ de Paris au profit d’Air Sénégal (les vols s’arrêteront le 1er février).

La direction doit donc trouver une nouvelle desserte pour combler cette perte d’activité. En cas d’échec des négociations, le groupe TUI n’aura pas le choix et devra continuer l’aventure avec Corsair, contraint, tout en laissant la porte ouverte à une cession.

Les grandes marques françaises disparaissent

Pour le tour-operating, la situation ne semble pas très bonne également. Pourtant, les marques rachetées depuis des années étaient prestigieuses comme Nouvelles Frontières, Marmara, Transat France… Du côté des clubs, la brochure Look Voyages a été remplacée par une brochure intitulée TUI Clubs (en gros) Lookéa (en petit). Car les deux marques de clubs francophones, Marmara et Lookéa, vont devoir cohabiter. On ne parle malheureusement des nombreux licenciements. Bonjour l’ambiance !

Il va falloir travailler dur pour rétablir la confiance en interne et créer une culture d’entreprise. Ce ne sera pas une mince affaire. 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY