« Le monde bouge, encore faut-il en être conscient… »

Le monde dans lequel nous vivons est fascinant: des sociétés qui n’existaient pas il y a 20 ou 30 ans font aujourd’hui la une des médias et façonnent notre quotidien.

C’est par exemple le cas d’Amazon. Cette société qui était considérée, il y a quelques années encore, comme une simple librairie en ligne est devenue aujourd’hui un géant d’Internet. Elle distribue désormais pratiquement tout ce que l’on peut imaginer ou désirer, et pas seulement des livres.

Amazon est le numéro un mondial du e-commerce et son succès est tel que la banque Barclays, après avoir fait ses calculs, estime que la société sera bientôt la première à être valorisée en Bourse à… 1.000 milliards de dollars ! Pour l’instant, la première capitalisation boursière c’est Apple, un autre géant du Net, et qui caracole en ce moment à 775 milliards de dollars, ce qui en soi donne déjà le tournis. Mais selon les analystes de la banque Barclays, la question n’est plus de savoir si Amazon va atteindre les 1.000 milliards, mais quand.

En attendant, son fondateur, Jeff Bezos, est devenu le 2e homme le plus riche de la planète, selon l’agence financière Bloomberg. Il serait désormais à la tête d’une fortune de 75 milliards de dollars.

« La Bourse est cruelle, mais son rôle est de valoriser l’avenir »

Et pour bien vous montrer que notre monde change, là, juste sous nos yeux, pendant que l’on parle du Front National ou du PTB, la marque de voitures électriques Tesla vient également d’enregistrer un record. Alors que cette firme ne commercialise que deux modèles de voitures et qu’elle vend moins de 100.000 véhicules par an, elle vient pourtant de dépasser Ford en valorisation boursière.

Tesla n’est désormais plus qu’à un cheveu de General Motors, le premier constructeur auto des États-Unis et qui écoule chaque année 10 millions de voitures ! Ne cherchez pas l’erreur, la Bourse fait le calcul que Tesla est l’avenir, et que General Motors c’est le passé ! La Bourse est cruelle, mais son rôle est de valoriser l’avenir. Et pour les investisseurs, l’avenir s’appelle Amazon, Tesla, Google ou Apple.

Les entreprises traditionnelles ont d’ailleurs compris le message et lorsqu’elles ne peuvent pas se transformer, elles rachètent des entreprises qui peuvent leur permettre de survivre à ce grand chambardement du monde numérique. Je vous cite quelques exemples: BNP Paribas vient de racheter en France le compte-Nickel, une sorte de banque alternative qui fait un tabac, sans jeu de mots, auprès des buralistes et qui vous permet d’ouvrir un compte en 5 minutes en ne vous facturant que les services réellement utilisés. De son côté, Orange, un opérateur télécom, lance sa banque dès le mois de mai en France et début 2018 en Belgique.

Bref, tout bouge autour de nous et les frontières entre les différents business ne sont plus imperméables comme par le passé. Et demain, l’intelligence artificielle fera que les francophones de Belgique ne devront par exemple plus apprendre le néerlandais, car l’intelligence artificielle leur permettra de comprendre en direct n’importe quelle langue étrangère. Cela aura un impact sur l’avenir et l’éducation de leurs enfants.

Le monde bouge, mais encore faut-il en être conscient et ne pas se laisser entraîner dans le flot des nouvelles qui n’ont d’autre but que de nous distraire des véritables changements qui, eux, sont silencieux, mais infiniment plus importants que l’actualité chaude et périssable.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY