Ce 12 Janvier, une importante conférence a eu lieu à Shangaï (China Aviation Trends Conference). Cet évènement a été l’occasion de découvrir les nouvelles opportunités du marché de l’aviation en Inde.

L’Inde devient une économie un peu plus ouverte

Le consul général de l’Inde à Shanghai, a donné un aperçu de l’environnement en investissements dans son pays. Il a indiqué : « que l’Inde est désormais l’une des économies les plus ouvertes pour les investissements étrangers directs grâce à la libéralisation ». Depuis le 11 Janvier, le gouvernement indien a autorisé l’ouverture du capital des compagnies à hauteur de 49% aux investissements étrangers.

Un trafic passagers en forte progression

Le marché indien de l’aviation connaît une croissance rapide. Entre 2006-2016, le volume de passagers indien a progressé en passant de 72 millions de passagers à 230 millions. Le nombre d’avions a également augmenté ; on constatait 25 nouveaux appareils en 2000, en 2016, il y a eu 950 nouveaux appareils.

L’ancien président de l’Autorité Aéroportuaire Indienne, a prédit que l’Inde pourrait être le troisième plus grand marché aérien dans le monde d’ici 2020 et se situerait en 4ème position derrière les États-Unis, la Chine et le Japon.

Air India recherche un allié pour ne pas sombrer

Le gouvernement a pris EY (Ernst and Young) pour le conseiller sur le processus de vente d’Air India, qui prendra probablement de six à neuf mois.

Le groupe Tata et Singapore Airlines, qui possèdent Vistara, ont tous deux tenté de prendre le contrôle d’Air India par le passé et sont considérés comme des soumissionnaires potentiels pour la compagnie aérienne très endettée.

Pour information, Vistara fera ses débuts internationaux cette année. La compagnie aérienne, qui exploite 17 Airbus A320, verra trois autres appareils rejoindre la flotte. Vistara envisage d’effectuer des vols moyen-courriers ou des vols de 5 à 9 heures au cours des trois prochaines années.

La compagnie aérienne attend de rejoindre la Fédération des compagnies aériennes indiennes (FIA) dont IndiGo, SpiceJet, Jet Airways et GoAir sont membres de ce groupe.

Bras de fer dans les relations sino-indiennes

Il existe toujours des tensions militaires près de leurs frontières contestées. Au-delà de ce problème, les deux géants asiatiques se concurrencent particulièrement en Asie. Une lutte d’influence a eu lieu au Bhoutan où la Chine souhaitait construire une route. L’Inde considère ce pays dans « sa sphère d’intérêt » et n’a pas hésité à boycotter un sommet très important organisé par la Chine.

L’Inde se méfie du corridor économique entre la Chine et le Pakistan. L’Inde craint que cette perspective limiterait son propre espace économique et stratégique. 

Le paysage stratégique et économique de l’Asie a évolué avec la montée de la puissance chinoise en Asie et dans la région de l’océan Indien. La méfiance mutuelle a augmenté en raison de la proximité de New Delhi avec Washington.

L’Inde possède la deuxième plus grande population dans le monde, et 60% de la population a entre 16 et 24. Cela signifie que le pays est rempli de jeunes professionnels qualifiés. Avec une autre culture que celle de la Silicon Valley, de plus en plus d’entreprises investissent à Bangalore. Facebook, Microsoft sont présents et Apple a récemment mis en place sa première unité de fabrication.

Il faudra compter assurément avec ce pays !

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY