Le Merchandising est partout

Que ce soit pour le football, on en a déjà l’habitude ; pour les parcs d’attractions aussi, même pour les Musées et j’en passe : oui, le merchandising est partout.

Mais d’autres sources, d’autres lieux sont plus surprenants. Et les prix ne sont en effet pas piqués des vers. Quelques exemples: un maillot Diables Rouges 2018-2020: 90 € pièce , le survêtement avec pantalon 130 €. Un Tee-shirt du RSC Anderlecht vous coûtera 99,95 € avec le nom d’un joueur, ou sans le nom….84,95 €

Tout est possible

©VisitCopenhagen

A Pairi Daiza vous pouvez devenir Donateur, Bienfaiteur ou Protecteur d’une espèce à partir de 30 € jusqu’à 150 €. Un K-Way du parc Astérix à partir de 94,95 € jusqu’à 155 €. Par contre un sweat-shirt Astérix et Obélix sur le site « merchandisingplaza » vous coûtera…7,66 €…incroyable comme différence.

Un T-shirt Tintin affiche 23,50 €. La liste d’exemples peut être longue, et votre budget visite peut en prendre un coup si vous n’êtes pas vigilant. Nos chers petits ou petites savent se montrer persuasifs.

En discutant dernièrement avec un de mes étudiants préparant un mémoire sur les Hard Rock Cafés, ce dernier me confiait que le Merchandising pour ce segment à lui seul représentait 40% du chiffe d’affaires de la marque !

Même l’Élysée s’y met

Mais les Royautés ou Républiques ont bien compris le filon. L’exemple royal nous vient du Royaume Uni : pas un mariage royal, pas une naissance ou un anniversaire sans qu’il y ait soit une tasse à l’effigie de l’évènement, un chapeau, un T-shirt… voire même le mauvais goût. (Voir photo de Une)

Plus surprenant, c’est le Palais de l’Élysée qui s’y met aussi : le T-shirt à 55 €, le mug avec portrait du Président à 24,90 €, ou le coffret républicain avec 7 macarons à déguster au prix de 19,50 €.

Je n’ai pas encore trouvé de boutique officielle de notre Palais Royal. Probablement trop compliqué à cause de notre cher système communautaire. Mais il y a quand même quelques objets comme la boîte de biscuits en fer blanc, avec portrait de notre famille royale, et deux fautes dans le texte (une en français, une en flamand, naturellement) qui ont vite rendu l’objet très « collector ».

Une boutique après les élections peut-être ?

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY