Vous avez déjà sûrement vu le film ou au moins une image d’un personnage, nommé Borat. On a pu voir un premier film hilarant et parfois grotesque. Reconnaissons qu’il n’aura pas laissé indifférent. Le personnage revient dans d’autres péripéties qu’il est possible de voir sur Prime Video (Amazon).

Le premier film de Borat avait été interdit au Kazakhstan

Le premier film « Borat » est sorti en 2006, et le gouvernement du Kazakhstan avait réagi avec indignation, interdisant le film et menaçant de poursuites judiciaires

Après des années de résistance, le Kazakhstan a adopté le mot célèbre de Borat : « very nice ».

Le Kazakhstan n’a pas été le plus grand fan du personnage de Borat réalisé par Sacha Baron Cohen, qui vient du pays et est représenté de manière extrêmement satirique et controversée. Le personnage de Borat est supposé venir du Kazakhstan. Dans le dernier film, il est antisémite et vulgaire. Cependant, le pays a maintenant adopté le personnage, en utilisant l’un des slogans les plus populaires de Borat, « very nice », dans la publicité touristique officielle.

L’acteur est soulagé que le Kazakhstan ait finalement accepté Borat.

« C’est une comédie, et le Kazakhstan dans le film n’a rien à voir avec le vrai pays », a déclaré le réalisateur. « J’ai choisi le Kazakhstan parce que c’était un endroit dont presque personne aux États-Unis ne savait rien, ce qui nous a permis de créer un monde comique et faux. Le vrai Kazakhstan est un beau pays avec une société moderne et fière – le contraire de celle de Borat »

L’office du tourisme a désormais adopté Borat !

Kairat Sadvakassov, vice-président de Kazakh Tourism, a déclaré dans un communiqué que le slogan est la « description parfaite » du potentiel touristique du pays. Il poursuit : « La nature du Kazakhstan est très belle ; sa nourriture est très bonne ; et ses habitants, malgré les blagues de Borat à l’effet contraire, sont parmi les plus gentils au monde » a ajouté que le pays voulait que les gens fassent eux-mêmes l’expérience du Kazakhstan en se rendant en 2021 ou plus tard, afin qu’ils puissent voir par eux-mêmes que la « patrie » de Borat est plus belle qu’ils n’auraient pu l’entendre. »

Quatre court-métrages avec le slogan de Borat

Le slogan a été approuvé et quatre courts métrages mettant en valeur la culture et les destinations du pays ont été créés, chacun accompagné d’un retentissant « very nice ».

Le pays est indépendant depuis 1990

Le 25 octobre 1990, le Kazakhstan a déclaré sa souveraineté sur son territoire en tant que république au sein de l’Union soviétique. Suite à la tentative de coup d’État avortée d’août 1991 à Moscou, le Kazakhstan a déclaré son indépendance le 16 décembre 1991, devenant ainsi la dernière république soviétique à déclarer son indépendance.

Le chef de l’ère communiste du Kazakhstan, Nursultan Nazarbayev , est devenu le premier président du pays. Nazarbayev a gouverné de manière autoritaire. En 2006, le Kazakhstan a généré 60% du PIB de l’Asie centrale, principalement grâce à son industrie pétrolière. En 1997, le gouvernement a transféré la capitale à Astana (rebaptisée Nur-Sultan le 23 mars 2019) d’Almaty, la plus grande ville du Kazakhstan, où elle avait été établie sous l’Union soviétique.

Les droits de l’homme … médiocres

La situation des droits de l’homme au Kazakhstan est qualifiée de médiocre par des observateurs indépendants. Le rapport de 2015 de Human Rights Watch sur le Kazakhstan a déclaré que le pays « restreignait fortement la liberté de réunion, d’expression et de religion. » En 2014, les autorités ont fermé des journaux, emprisonné ou condamné à une amende des dizaines de personnes après des manifestations pacifiques.

À la mi-2014, le Kazakhstan a adopté de nouveaux codes pénal, pénal exécutif, de procédure pénale et administratif, ainsi qu’une nouvelle loi sur les syndicats, qui contiennent des articles restreignant les libertés fondamentales et sont incompatibles avec les normes internationales. La torture reste courante dans les lieux de détention …

Et le tourisme ?

Le Kazakhstan est le neuvième plus grand pays par superficie et le plus grand pays sans littoral. Aujourd’hui, le tourisme n’est pas une composante majeure de l’économie. En 2014, le tourisme représentait 0,3% du PIB du Kazakhstan, mais le gouvernement prévoit de l’augmenter à 3% d’ici 2020.

Le pays a hérité de la culture de l’ancienne Route de la Soie, du mode de vie nomade et de l’Union soviétique qui a eu une grande influence sur sa formation. Ce mélange rend le Kazakhstan si différent de tout autre pays de la région et du monde.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY