Lufthansa aura réussi à éliminer Air Berlin du marché allemand et se préparerait à racheter une partie d’Alitalia. Comme aux Etats-Unis, on pourrait se retrouver avec trois grands groupes aériens : Lufthansa, Air France-KLM et IAG. Cependant, il faudra compter avec des compagnies low-cost puissantes.

Lufthansa serait proche du rachat d’Alitalia

Lufthansa a confirmé vouloir racheter une partie d’Alitalia. Mais son offre entraînerait des pertes d’emplois drastiques (environ 6.000). Peut-être trop drastique pour le gouvernement italien !

Par ailleurs on évoque une somme de l’ordre de 300 M€ alors que l’état italien en demande 500. Comme pour le rachat de certains actifs d’Air Berlin, EasyJet aurait manifesté son intérêt, notamment sur les slots à Rome et Milan. Une décision serait attendu d’ici la fin du mois de Janvier.

Le groupe Lufthansa s’envole en bourse

La disparition d’Air Berlin a fait de Lufthansa une compagnie aérienne non seulement très performante mais également incontournable en Allemagne et dans d’autres pays européens. En un an, l’action en bourse de Lufthansa a grimpé de plus de 100%.

Mais les difficultés restent à venir

Air Berlin ne constituait pas une vraie concurrence face à Lufthansa. Désormais, le groupe allemand va devoir faire face à une compétition plus importante de la part des compagnies low-cost. Un analyste financier précise : « Les transporteurs low-cost sont plus faibles en Allemagne que n’importe où ailleurs en Europe, et les bénéfices de Lufthansa en Allemagne seront mis à rude épreuve. »

EasyJet et Ryanair sur le pied de guerre en Allemagne

Easyjet qui a acheté 25 avions d’Air Berlin et des slots. La compagnie britannique en a profité pour faire une grande campagne publicitaire à Berlin pour annoncer ses nouvelles liaisons au départ de l’aéroport de Tegel en plus de sa base à Schönefeld.

De son coté, Ryanair indique qu’elle peut plus que doubler sa part du marché en Allemagne et passer à 20% d’ici 2020. Pour y arriver, elle cherche des droits d’atterrissage et a commencé à desservir des aéroports principaux comme Francfort et Munich au lieu d’aéroports secondaires éloignés. Il est donc clair que ces compagnies low-cost vont devenir des rivaux bien plus féroces qu’Air Berlin.

Un rappel à l’ordre pour Lufthansa

L’office allemand anticartel a rappelé à l’ordre Lufthansa car la compagnie se retrouve pour le moment en position de force sur certaines liaisons internes allemandes, des lignes cruciales dans un pays fortement décentralisé.

L’association des agences de voyages en Allemagne (VDR) avait dans la foulée, confirmé en novembre une augmentation du nombre de plaintes liées aux prix des billets d’avion en Allemagne. Les passagers s’en souviendront quand la concurrence desservira ces lignes.

Un analyste de Bank of America (Mark Manduca) a écrit dans une note de conseil d’investissement que Lufthansa avait des « problèmes structurels persistants » et que ses tarifs moyens baisseraient. L’enthousiasme des investisseurs risquent de retomber après toutes ces bonnes nouvelles.

A suivre !

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY