Le groupe Accor se verrouille pour 7 ans

C’est le 1er juillet prochain qu’entrera en vigueur le projet « Booster » au sein du groupe accord, un an après le lancement de l’étude d’un projet qui doit lui permettre d’atteindre une nouvelle étape dans sa transformation.

Fondamentalement, il s’agissait de créer une structure juridique distincte pour HotelInvest. A terme, la majorité du capital de HotelInvest serait ouverte à des investisseurs à long terme, AccorHotels (HotelServices) conservant le management de tous les hôtels.

Un projet en deux étapes

Le projet, révèle notre confrère tunisien Tourism View, s’articule sur deux étapes principales. La première consiste à créer une entité juridique indépendante, Hotelinvest, alors que la deuxième étape porte sur l’ouverture de cette entité aux investisseurs externes, y compris institutionnels.

Hotelinvest ? Non, AccorInvest

Selon Sébastien Bazin, PDG du groupe Accor, « HotelInvest s’appellera désormais AccorInvest car il faut garder le nom Accor dans la société ». Le groupe a par ailleurs besoin d’assurer de nouvelles ouvertures et rénovations. « L’ouverture d’AccorInvest à des actionnaires extérieurs permettra de lever les recettes d’environ 3,5 milliards d’euros immédiatement voire de 6,5 à 10 milliards d’euros en 5 ans ».

AccorInvest ne sera pas coté en bourse, et ne risque donc quasiment pas de faire l’objet d’une OPA (Offre Publique d’Achat faite sur la bourse) de groupes chinois ou autres. Durant les sept premières années, AccorInvest travaillera d’ailleurs exclusivement avec les hôtels Accor et ne pourra acquérir aucune autre marque.

Aucun plan social

Cette démarche contribuera aussi à renforcer le climat de confiance au sein du groupe, entre les directeurs des différentes unités hôtelières, quel que soit leur standing.

Elle permet d’engager tous les directeurs d’hôtels, d’un Sofitel à un Ibis, sur un pied d’égalité. « Avec Booster, ceux qui ont un poste aujourd’hui, auront un poste demain », ajoute Sébastien Bazin. Ce qui signifie aussi que ce projet n’entraînera aucun programme de départs volontaires ou un plan social pour le groupe.

400 hôtels en France

Le projet concernera 967 hôtels en filiales basés dans 27 pays à l’exclusion de 93 hôtels en joint-ventures dans 10 pays. Environ 400 hôtels en France sont concernés, 23 en Belgique, etc. sur les 873 hôtels Accor en Europe.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY