Le Flying Clipper encore «espéré» cette année

Le deuxième cinq-mâts de Star Clippers en est désormais à deux ans de retard. Inspiré du cinq-mâts France II lancé à Bordeaux en 1911, le Flying Clipper, commandé en 2015, sera le plus grand voilier de croisière traditionnel au monde.

Le navire de 8770 GT de jauge et 150 cabines, long de 162 mètres pour une largeur de 18.5 mètres, a débuté ses essais en mer en novembre 2018. D’abord sans ses mâts, qui pourront supporter 35 voiles (pour 6350 m²) et ont été installés ensuite.

Divergences

Mais des divergences sont apparues entre l’armateur et le chantier naval croate, Brodosplit, qui a dû notamment refaire l’intégralité du pont en teck. Les dissensions entre la compagnie et le constructeur se sont apparemment soldées par un arrêt total ou partiel des travaux pendant plusieurs mois. Selon la presse croate, le contrat aurait été annulé.

« Nous espérons prendre livraison du Flying Clippers en 2019, toutefois des discussions sont en cours avec le chantier naval », a indiqué la compagnie… sur un réseau social, en réponse à la question d’un de ses clients. Pour autant que les deux parties trouvent un compromis pour achever le projet, dans des délais raisonnables.

Le quatrième navire

Le Flying Clipper doit s’ajouter aux trois navires exploités par Star Clippers, compagnie fondée il y a près de 30 ans par l’homme d’affaire et armateur suédois Mikael Krafft. Navigateur lui-même depuis son enfance et amoureux des grands voiliers d’antan, il a créé une compagnie de croisière unique au monde exploitant des répliques des lévriers des mers qui sillonnaient le globe à la fin du XIXème et au début du XXème siècle.

Ses deux premiers bateaux furent le Star Clipper et le Star Flyer, des quatre-mâts goélettes de 111 mètres, 170 passagers et 74 membres d’équipage sortis des chantiers belges de Gand en 1991 et 1992. Puis le Royal Clipper, cinq-mâts barque de 134 mètres, 227 passagers et 106 membres d’équipage.

Conçu sur le modèle du célèbre Preussen allemand (1902), il avait été livré en 2000 par les chantiers polonais de Gdansk à l’issue d’une construction qui n’avait déjà pas été une sinécure.

[Avec Mer & Marine]

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY