Le chaos vaccinal pointé du doigt

Le World Travel & Tourism Council (WTTC) a émis un avertissement suite aux inquiétudes des voyageurs qui risquent d’être refoulés aux frontières parce que les pays ne disposent pas d’une liste commune de vaccins Covid-19 reconnus et approuvés au niveau international.

Cette prise de position intervient quelques jours seulement après qu’un certain nombre de vacanciers britanniques, à qui l’on avait administré le lot indien Covishield du vaccin Oxford/AstraZeneca, s’est vu refuser l’entrée à Malte alors que le médicament était chimiquement identique au vaccin fabriqué au Royaume-Uni. Des cas qui ne sont pas isolés et tendent à augmenter.

Pour Virginia Messina, Senior Vice President du WTTC, «la reconnaissance réciproque de tous les types et lots de vaccins est essentielle si nous voulons éviter tout nouveau retard inutile et préjudiciable à la reprise des voyages internationaux. L’incapacité des pays à s’entendre sur une liste commune de tous les vaccins approuvés et reconnus préoccupe énormément le WTTC. Nous savons que chaque jour où les voyages sont limités, les entreprises à court d’argent sont confrontées à une pression encore plus grande, les poussant toujours plus au bord de la faillite».

Cela pourrait être évité si on disposait d’une liste entièrement reconnue de tous les vaccins et lots de vaccins approuvés. «Cela donnerait également aux vacanciers et aux voyageurs la confiance dont ils ont besoin pour réserver des voyages, des vols et des croisières», a-t-elle ajouté.

Ce plaidoyer en faveur de la reconnaissance réciproque de tous les vaccins et lots de vaccins s’inscrit dans le cadre des quatre nouvelles lignes directrices de la WTTC qui visent à relancer en toute sécurité la mobilité internationale et à sauver les millions d’emplois et de moyens de subsistance qui dépendent de ce secteur, tout en donnant un coup de fouet à la reprise économique mondiale.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY