Le centre de Bruxelles : survie ou massacre ?

Grand place jeudi à 16.00… toujours le calme... ©Étienne de Nil

Poser la question c’est presque y répondre, mais nous voulions, de visu, constater la situation, ou plutôt les dégâts. Il est d’abord primordial de féliciter le Ministre de la Mobilité bruxelloise, Pascal Smet, pour sa parfaite incompétence au niveau gestion de ladite mobilité, et pour son militantisme écologique au détriment des indépendants bruxellois qui souffrent la misère dans l’indifférence générale.

Un centre touristique a d’abord besoin d’un accès minimal. Avec les fermetures de tunnels stratégiques, bonjour les dégâts. Les touristes sont également belges, et utilisent encore une voiture, même si les embûches sont nombreuses pour les en empêcher.

Et on consomme « camping » … ©Étienne de Nil

Dans cet article nul besoin de pleurer sur les tristes circonstances visant les indépendants, mais bien de comparer les initiatives marketing efficaces par régions, et dûment visibles. Il n ‘y a pas photos…ou plutôt oui, il y en a.

Tourisme Vlaanderen, même si ses résultats sont presque garantis cet été, s’est autorisé à parfaire une campagne avec des bons de réductions divers. Wallonie Belgique Tourisme idem.

Les médias ont été inondés par les propositions précises et inédites de séjours, en plus des promotions ciblées avec bons ou autres. En plus des encarts distribués dans les divers journaux. Bravo à eux.

Un « Roy d ‘Espagne » presque vide… ©Étienne de Nil

Et je me dois d’en arriver à Visit Brussels. En coordination ou non avec Pascal Smet, force est de constater le désastre. Une absence incompréhensible. Un silence inédit.

Plus qu’un crime, l’assassinat d’une industrie touristique du centre de Bruxelles. Les touristes reviennent, mais en nombre restreint. Encore faut-il qu’ils consomment. On est loin du compte.

Bref, des indépendants audacieux essaient de sauver leur peau, avec détermination et audace.

Mais cela c’est une autre histoire.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

3 COMMENTS

  1. Et la région de Bruxelles Capitale brille par son absence de soutien aux entreprises.

    Alors que les entreprises Wallones impactées par le lockdown (restos, hôtels, autocaristes etc) ont pu bénéficier d’une prime de 5.000€ et les entreprises Flamandes 4.000 (si secteur obligé de fermer) ou 3.000 (secteur non obligés de fermer), les entreprises Bruxelloises n’ont absolument rien…

LEAVE A REPLY