Le bout du tunnel ? Pas pour tout le monde en même temps !

Restons positifs, les premiers signes d’un ralentissement de la propagation du virus Covid-19 sont apparus en Italie. Gageons que cette tendance se renforcera dans les prochains jours et que nous assisterons à une décrue progressive des cas actifs comme en Chine, pays dont la reprise économique est maintenant bien visible.

Sachant que la Belgique et la France suivent les courbes de progression italiennes avec environ 8 jours de décalage, nous pourrions ainsi entrevoir le « bout du tunnel » à la fin de ce mois, à condition de bien respecter les mesures de confinement évidemment, faut-il encore le rappeler !

Si tout va bien, nous pourrions retrouver une vie « normale » en mai (scénario optimiste) ou juin (scénario plus réaliste). Les mesures de confinement seront supprimées, les entreprises reprendront leurs activités, les musées et attractions touristiques ouvriront à nouveau leurs portes … et on pourra voyager !

Bonne nouvelle, les spécialistes s’accordent pour affirmer que la reprise sera rapide car le pouvoir d’achat des ménages aura peu souffert et le besoin en loisirs sera important, après cette période forcée de restrictions de sorties.

Ce véritable soulagement ne signifiera pas pour autant la fin des difficultés pour tout le monde. En effet, même en cas de ralentissement global de la pandémie, certaines destinations touristiques resteront interdites d’accès (ou limitées par de fortes contraintes de quarantaine).

Dans un contexte de sortie de crise, le risque de retour du virus par des visiteurs étrangers constituera la préoccupation majeure des gouvernements (c’est le cas actuellement en Chine). Aussi, on imagine mal qu’un festival comme Tommorowland, qui rassemble plusieurs centaines de milliers de festivaliers issus de plus de 200 pays différents, puisse se dérouler sans encombre, même si ce dernier est programmé fin juillet.

Cet avertissement, relayé par plusieurs virologues ces derniers jours, peut sembler pessimiste, mais c’est hélas une réalité : les tour opérateurs et transporteurs devront donc anticiper ces contraintes, qui peuvent malheureusement perdurer sur plusieurs mois.

Un autre facteur déterminant pour l’avenir de notre secteur est la fragilisation financière des acteurs de la chaîne touristique : les compagnies aériennes sont proches de l’asphyxie, les tour opérateurs encaissent le coup avec les annulations et rapatriements. Fort heureusement, l’instauration du « bon à valoir » (report des réservations sans remboursement) permet d’atténuer quelque peu le choc.

C’est une première grande victoire remportée avec brio par l’UPAV, mais la guerre n’est pas terminée … Les médias ne l’ont pas encore évoqué, mais les prochaines victimes seront les groupes hôteliers : privés de rentrées financières immédiates, possibles grâce aux montants des « early bookings » que les tour opérateurs versent généralement à cette période, ces derniers pourraient se retrouver dans l’impossibilité d’ouvrir les hôtels et de démarrer la saison dans les conditions prévues, faute de liquidités.

Globalement, on peut affirmer que cette crise met en exergue la grande faiblesse de ces modèles économiques fonctionnant à flux tendus, avec des marges réduites, donc extrêmement fragiles lorsqu’un des maillons de la chaîne se montre défaillant. Thomas Cook nous en a déjà fait la démonstration l’année dernière, mais ce n’était qu’une petite mise en bouche par rapport au tsunami qui nous attend.

Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augure, on peut affirmer que même en cas de reprise économique globale, la galère est donc loin d’être terminée pour les acteurs du tourisme … les seuls qui pourraient tirer leur épingle du jeu à court et moyen terme sont les opérateurs touristiques locaux : musées, attractions touristiques, etc … pour autant qu’ils en saisissent l’opportunité.

Nous le répétons, certes le secteur du tourisme fait face à une crise grave, mais c’est aussi une évolution majeure qui se profile : nous devrons tous remettre nos modèles actuels en question, seul.e.s celles et ceux qui auront cette capacité d’adaptation et d’anticipation pourront rebondir …

Courage à toutes et tous, on finira bien par apercevoir le bout du tunnel !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY