L’avenir radieux des avionneurs

Le salon aéronautique de Farnborough se tient actuellement, comme désormais tous les deux ans, en alternance avec Le Bourget. C’est, traditionnellement l’occasion pour les constructeurs, petits et grands, de livrer leurs analyses et prévisions.

Ainsi Boeing, qui fête cette semaine son centenaire, estime ses prévisions de marché à vingt ans à plus de 39.600 nouveaux avions pour une valeur de 5.900 milliards de dollars (soit une hausse de 4,1% par rapport à ses dernières prévisions). Il table ainsi dans son étude annuelle de marché, présentée ce lundi lors du salon aéronautique de Farnborough sur une progression du trafic aérien de l’ordre de 4,8% par an.

Même estimations chez Airbus, qui prévoit quant à lui que la flotte d’avions à travers le monde devrait doubler dans les vingt prochaines années, pour passer de 19.500 appareils actuellement à plus de 40.000 en 2035. « Sur le long terme, on constate que le trafic aérien double tous les quinze ans en dépit des grandes crises que peut connaître l’économie », explique John Leahy, l’un des dirigeants d’Airbus. Conséquence : comme son rival américain, l’Européen a revu à la hausse ses prévisions. Il table sur un marché de 5.200 milliards de dollars (contre 4.900 milliards estimés lors de sa dernière prévision).

Au premier semestre, Boeing avait déjà engrangé 276 commandes nettes, contre 183 pour Airbus. Mais les annonces de commandes d’avions par des compagnies aériennes vont se succéder pendant toute la durée du Salon. On fera le point à la fermeture.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY