L’autre histoire de Toutankhamon

© Baltha

« A la recherche du pharaon oublié » est le sous-titre de l’exposition événement qui se tient à partir d’aujourd’hui sur le site d’Europa Expo sur quelque 2.000 m² à la gare TGV des Guillemins.

Contrairement à l’exposition qui vient de se tenir à Paris sur le même Toutankhamon avec la présentation de pièces authentiques et exceptionnelles qui ne quittent que très rarement les musées égyptiens et européens, l’ambition est tout autre à Liège.

Il s’agit ici en fait d’accompagner, pas à pas, l’archéologue britannique Howard Carter, qui, le premier le 26 novembre 1922 a mis à jour le tombeau, avec ses vaste salles funéraires regorgeant d’objets les plus divers et, pour la circonstance, reconstituées de manière surprenante à Liège !

Avec Howard Carter

© Baltha

Le parti pris des deux commissaires Dimitri Laboury et Simon Connor , dans le stricte respect bien évidemment des faits historiques, a été d’associer, dans un même parcours, des pièces archéologiques authentiques mais aussi des reproductions modernes, les distinctions étant clairement marquées.

Ces pièces, ces décors reproduits à l’échelle donne l’impression aux visiteurs de vraiment être au plus près de Carter et de son mécène Lord Carnarvon quand ils pénètrent, pour la première fois, dans la tombe de Toutankhamon, le tout jeune pharaon (17-18 ans ? ) défunt de la Vallée des Rois.

Artisans égyptiens et liégeois

Grâce aux reproductions des centaines d’objets accumulés dans les chambres funéraires, l’atmosphère de cette inestimable découverte archéologique est parfaitement rendue.

Des reproductions de pièces, des décors fabriqués par des artisans égyptiens mais aussi liégeois mis en charge pour la circonstance.

Sollicités, les plus grands musées belges, égyptiens et européens ont laissé sortir de très belles pièces présentées exceptionnellement aux Guillemins .

© Baltha

Passion royale

A noter à la fin de ce long parcours une section particulièrement intéressante sur la place qu’a occupé, grâce à la Reine Elisabeth, l’égyptologie en Belgique au sortir de la Grande Guerre.

La Reine Elisabeth, accompagnée du célèbre égyptologue Jean Capart, professeur à l’Université de Liège, s’est rendue à plusieurs reprises (dont une fois avec le Roi Albert en 1930) dans la Vallée des Rois et notamment très rapidement après la fameuse découverte d’Howard Carter.

© Baltha

Sourire d’éternité 

Le pharaon, mort si jeune, a déjà, grâce aux techniques d’investigation les plus modernes mises en œuvre sur sa momie, livré beaucoup de ses secrets que l’on découvre au fil de cette exposition.

L’enfant-roi Toutankhamon nous est, au fil des décennies, de plus en plus proche mais conserve, malgré tout, sa part de fantasme et de mystère.

Son masque (plus de 10 Kg d’or) témoigne en tout cas d’une vision positive, sans doute quelque peu magnifiée de l’Egypte de l’Antiquité.

Une vision sereine et souriante de l’éternité.


*Pour prolonger cette exposition-événement, un catalogue scientifique, richement illustré et très abordable, édité par les Presses Universitaires de Liège, permet d’approfondir certains angles de l’histoire de ce pharaon oublié (25 EUR).

*Tickets disponibles en ligne : www.europaexpo.be

visites guidées : 04 224 49 38

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY