L’Argentine ouvre doucement ses frontières

©Pixabay.com

Depuis ce mois de novembre, les voyageurs du Brésil, du Chili, de l’Uruguay, du Paraguay et de la Bolivie peuvent revenir en Argentine. Dans cette première étape, ils ne pourront s’envoler que pour Buenos Aires et rester dans la zone métropolitaine de la capitale. La quarantaine n’est pas nécessaire pour ces touristes. Le 14 octobre dernier, la destination a reçu le sceau «Safe Travels» du World Travel & Tourism Council (WTTC).

La baisse du nombre de cas d’infection permet à la région métropolitaine de Buenos Aires (AMBA) entre en phase de distanciation sociale préventive et obligatoire, mais avec plus d’ouverture.

Pour entrer et sortir du pays, les voyageurs doivent présenter la déclaration sous serment électronique (DDJJ) -sauf pour les personnes de plus de 70 ans- dans les 48 heures avant l’embarquement, un test PCR négatif de maximum 72 heures et une assurance médicale qui comprend l’hospitalisation et l’isolement.

Une entrée réglementée

L’entrée et la sortie du pays se feront par les terminaux suivants: l’aéroport international Ministro Pistarini à Ezeiza, province de Buenos Aires, l’aéroport international de San Fernando, province de Buenos Aires, et le port de la ville autonome de Buenos Aires (terminal Buquebus).

Il sera destiné aux touristes argentins ou ayant leur résidence en Argentine, et aux Uruguayens ou aux personnes ayant leur résidence en Uruguay).

Les touristes qui entrent dans le pays ne peuvent séjourner que dans la zone métropolitaine de Buenos Aires (AMBA). Cette zone comprend la ville autonome de Buenos Aires et 35 districts de la province de Buenos Aires, à proximité de la capitale argentine: Almirante Brown, Avellaneda, Berazategui, Berisso, Ensenada, Escobar, Esteban Echeverría, Ezeiza, Florencio Varela, General Las Heras, General Rodríguez, General San Martín, Hurlingham, Ituzaingó, José C. Paz, La Matanza, Lanús, La Plata, Lomas de Zamora, Luján, Marcos Paz, Malvinas Argentinas, Moreno, Merlo, Morón, Pilar, Presidente Perón, Quilmes, San Fernando, San Isidro, San Miguel, San Vicente, Tigre, Tres de Febrero et Vicente López.

Plusieurs activités possibles

Les touristes pourront, entre autres, séjourner dans des hôtels, faire des excursions en plein air, visiter des musées et des galeries d’art, assister à des foires artisanales, faire des achats dans des centres commerciaux et des centres de plein air, manger sur des grills et autres lieux gastronomiques en plein air ou à l’intérieur (à 25 % de la capacité – une réservation préalable est nécessaire).

(CD)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

  1. Mince, cela en fait des conditions… Pas très incitant tout cela…
    Je me demande combien d’Urugayens ont les moyens de se payer un test pcr et une assurance médicale qui comprend l’hospitalisation et l’isolement…

LEAVE A REPLY