L’après Covid-19 : En attendant, Brussels Airport prêt pour le redémarrage

PagTour vous livre l’avis de Ihasane Chioua Lekhli sur la situation à l’aéroport de Bruxelles.

Il est encore trop tôt pour dire quand et comment le redémarrage s’effectuera. Le trafic de passagers restera limité pendant les semaines à venir. Actuellement 70% du personnel de Brussels Airport Company est au chômage temporaire, et ce, jusqu’au 17 mai. Ceci est conforme à la baisse d’activité de nos partenaires. Brussels Airlines et de TUI, par exemple, ont suspendu leurs vols de jusqu’à la mi-mai.

Depuis le début de la crise du coronavirus en janvier, Brussels Airport travaille en étroite collaboration avec le SPF Santé publique, qui fixe les lignes directrices pour toute mesure à appliquer à Brussels Airport. Le redémarrage se fera également en concertation avec eux. Quelles mesures supplémentaires seront prises ? Ce n’est pas encore décidé.

Actuellement, plusieurs mesures sont mises en place pour le petit nombre de passagers qui voyage encore (rapatriement ou voyages essentiels). Dans tout l’aéroport, il y a des marquages au sol et des informations concernant la distanciation sociale et du gel désinfectant est disponible.

Le débarquement des passagers s’opère par phases, en petits groupes, afin d’éviter un groupe plus important de passagers dans le hall d’arrivée. A la demande du gouvernement fédéral, chaque passager arrivant reçoit une fiche d’information indiquant qu’il doit respecter les règles de distanciation sociale en vigueur en Belgique et se placer en quarantaine à domicile pendant 14 jours.

Le fret fonctionne à plein régime. En raison de la perte de la capacité sur les avions passagers, la demande en full cargo est plus importante. Dans le monde entier, tous les avions-cargos volent maintenant à leur capacité maximale, ce qui ne suffit pas pour répondre à toute la demande. C’est pourquoi des avions de passagers sont aujourd’hui utilisés uniquement dans le but de transporter du fret dans la soute (libérée des bagages de passagers) entre différents marchés.

Grâce au fret aérien, nous parvenons à obtenir rapidement des fournitures médicales, mais aussi des biens vitaux et de la nourriture. Dans le même temps, le fret aérien permet à nos entreprises et à nos industries de continuer à fonctionner (par exemple, l’industrie pharmaceutique et l’exportation de produits pharmaceutiques). Les masques chirurgicaux arrivent également à Brussels Airport via BRUcargo.

Du coté fret également, des mesures supplémentaires sont prévues en termes d’hygiène et de distanciation sociale pour le personnel afin de garantir que les opérations se déroulent en toute sécurité.

Le coronavirus a un impact économique majeur sur l’aéroport et sur l’ensemble du secteur de l’aviation. Pour cette raison, et afin d’assurer la santé financière de l’entreprise et l’emploi à long terme, Brussels Airport Company a recours au chômage temporaire depuis le lundi 23 mars et ce jusqu’au 17 mai. Toutefois, un service minimum est assuré, car l’aéroport reste opérationnel. Les bureaux seront fermés, mais l’aéroport restera ouvert.

Afin que le secteur de l’aviation survive à cette crise, il est essentiel que des aides d’État soient rapidement mises en place, en particulier pour les compagnies aériennes et les manutentionnaires. Protéger l’emploi demeure essentiel.

Merci à Ihsane Chioua Lekhli de Brussels Airport.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY